vendredi 4 novembre 2011

Raviolis à la truffe

Les filles étant chez Papy et Mymy en ce beau congé de Toussaint, je peux me permettre de cuisiner des produits dont elles ne raffolent pas, comme la truffe, par exemple, sans risquer de soulever une tempête de protestations et autres commentaires désobligeants (pour rappel, je suis maman d'une pré- et d'une déjà bien ados...)

J'ai trouvé chez Makro (merci Erika :-) un petit pot de crème de truffes pas chère du tout, et qui fait merveille dans tout un tas de préparations, dont ces raviolis. 

A condition de bien respecter les proportions données ci-dessous, le goût de la truffe est présent tout en restant subtil, ce qui permet de consommer les raviolis en plat principal sans être écoeuré.

NB: En raison d'un malencontreux oubli, pour une fois la photo n'est pas de moi mais empruntée à Wikipédia.

Ingrédients (pour 2 personnes en plat principal):

Pour la pâte:
  • 200 gr de semoule de blé dur (De Cecco, rayon "farine")
  • 2 oeufs entiers
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 c. à s. de lait
  • 3 pincées de sel
Pour la farce:
  • 250 gr de ricotta
  • 100 gr de parmesan frais râpé
  • 1 c. à c. de crème de truffes
  • sel, poivre
Pour la sauce:
  • 20 cl de crème fraîche
  • 100 gr de parmesan frais râpé
  • sel, poivre

Préparez la pâte: mélangez ensemble tous les ingrédients, pétrissez, puis formez une boule et laissez reposer au frais pendant une heure.

Pendant ce temps, préparez la farce (il suffit simplement de mélanger ensemble tous les ingrédients). Réservez au réfrigérateur.

Abaissez la pâte au rouleau à pâtisserie (ou passez-la au laminoir), et, à l'aide d'un emporte-pièce (ou d'un verre) de +/- 10 cm de diamètre, découpez-y des disques.

Déposez sur chaque disque de pâte l'équivalent d'une cuiller à café de préparation au fromage (pas plus; il ne faut pas que ça déborde); pliez le disque en deux et soudez le bord à l'aide des dents d'une fourchette.

Mettez à bouillir une grande quantité d'eau salée. Pendant ce temps, préparez la sauce: versez la crème fraîche dans un poêlon, ajoutez le fromage, salez, poivrez, puis portez à ébullition et laisser cuire à petits bouillons quelques minutes. Retirez du feu, et mélangez régulièrement pour éviter la formation d'une croûte.

Lorsque votre eau salée bout, plongez-y les raviolis et laissez cuire +/- 3 minutes. Egouttez, nappez de sauce, et servez sans attendre.

Bon appétit!

dimanche 2 octobre 2011

Gigot d'agneau en crumble tomates-parmesan

Le gigot était splendide, mais vraiment trop gros pour quatre.

Résultat: de beaux restes:-) Et un plat ma foi fort goûteux.









Ingrédients (pour 4 personnes):
  • +/- 600 gr de restes de gigot d'agneau cuit au four découpés en dés d'environ 1 cm
  • 4 tomates
  • 100 gr de farine
  • 100 gr de beurre mou
  • 75 gr de parmesan frais râpé
  • 3 c. à s. de poudre d'amandes
  • 30 gr de pignons de pin
  • herbes de Provence, sel, poivre

Placez les dés de gigot dans un plat allant au four badigeonné d'huile d'olive.

Découpez les tomates en tranches; placez-les en rangs sur la viande. Parsemez d'herbes de Provence, salez, poivrez et arrosez d'un filet d'huile d'olive. Enfournez à mi-hauteur pour environ 15 minutes.

Préparez la pâte à crumble en mélangeant du bout des doigts la farine avec le beurre, le parmesan et la poudre d'amandes.

Lorsque les tomates sont fondantes, sortez le plat du four et répartissez la pâte à crumble sur toute la surface.

Parsemez de pignons et remettez au four pour 15 à 20 minutes.

Bon appétit!

Dos de cabillaud en crumble d'olives noires

Les vacances sont pour moi l'occasion de faire des tas de choses que je n'ai pas ou peu le temps de faire durant le reste de l'année, comme aller acheter des produits frais au marché, par exemple.

Cette année nous avons découvert les Halles Mirabeau, à Narbonne: un feu d'artifice de couleurs et de parfums, un endroit où on a envie de tout goûter, renifler, palper...

La sélection fut difficile, et après avoir fait trois fois le tour des échoppes, nous avons finalement quitté les Halles avec dans notre cabas, entre autres choses, un beau morceau de dos de cabillaud, des olives noires, et des cacahuètes fraîchement grillées.

Ces trois produits m'ont permis d'adapter une recette proposée dans le hors-série cuisine de Femme Actuelle.

Ingrédients (pour 4 personnes):
  • 600 gr de dos de cabillaud (4 pavés de 150 gr)
  • 100 gr d'olives noires
  • 60 gr de cacahuètes fraîchement grillées (elles sont généralement vendues déjà salées; prenez la précaution de goûter votre crumble avant de saler le poisson.)
  • huile d'olive
  • poivre

Préchauffez le four à  180°.

Concassez séparément les olives et les cacahuètes. Mélangez-les dans un petit bol avec un filet d'huile d'olive.

Assaisonnez le poisson et répartissez-y le mélange olives-cacahuètes. Déposez-le dans un plat à four badigeonné d'huile d'olive. Enfournez à mi-hauteur et laissez cuire pendant 10 minutes.

Servez chaud, avec un petit flan de courgettes, par exemple.

Bon appétit!



Cheesecake au citron et speculoos

Une grosse envie de cheesecake depuis jeudi soir (merci Masterchef:-) et voilà, avec un petit coulis de framboises par dessus.











Ingrédients:
  • 200 gr de speculoos
  • 100 gr de beurre fondu
  • 750 gr de ricotta
  • 120 gr de sucre
  • 4 oeufs
  • le jus de 2 citrons + le zeste d'un seul

Réduisez les speculoos en miettes fines et mélangez-les avec le beurre fondu. Etalez ce mélange dans le fond d'un moule à charnière; tassez bien avec le dos d'une cuiller et faites remonter un peu le long du bord. Mettez au réfrigérateur.

Préchauffez le four à 160°.

Versez la ricotta dans un saladier et mélangez (pour la "détendre"). Ajoutez le sucre et mélangez. Ajoutez le jus et le zeste de citron et mélangez à nouveau. Incorporez les oeufs entiers un par un en mélangeant bien à chaque fois.

Versez la préparation sur le fond de biscuit et enfournez. Laissez cuire une heure, puis coupez le four mais laissez-y le cheesecake une heure de plus. Mettez-le ensuite au réfrigérateur pour au moins 12 heures.

Servez frais, avec un coulis de fruits rouges (ou pas).

Bonne dégustation!

Confiture cerises-Amaretto

En espérant que le printemps prochain donne autant de cerises que le dernier...

Délicieuse sur la tartine, mais aussi sur une boule de glace vanille.







  

Ingrédients:
  • 500 gr de cerises
  • 500 gr de sucre
  • 1 jus de citron
  • 1 gousse de vanille
  • 3 cl d'Amaretto

Lavez les cerises, puis dénoyautez-les.

Dans une casserole, mélangez les fruits et le sucre. Ajoutez le jus de citron et la gousse de vanille fendue dans le sens de la longueur. Portez à ébullition, et faites cuire environ 10 minutes.

Retirez la gousse de vanille et poursuivez la cuisson pendant environ 15 minutes (la confiture doit être "à la nappe").

Retirez du feu, ajoutez l'Amaretto et mélangez bien. Versez la confiture chaude dans les pots (bien jusqu'au bord) et fermez-les.

Bonne dégustation!

jeudi 1 septembre 2011

Choux au café

Ma grande fille, choquée: "Maman, aujourd'hui [la copine sévèrement jugée] elle avait une jupe SU-PER courte!"

Moi :  "M'enfin, Anne-Cécile, c'est la mode! Et ce n'est pas à 40 ans qu'elle va porter ce genre de chose! Evidemment, toi, si on te laissait faire, tu irais à l'école en burqua..."

Ma fille cadette, solidaire de sa soeur: "Ben quoi? C'est la mode aussi!" (Encore un bon mot né d'un malentendu: elle faisait référence aux full body suits, très tendances dans certains milieux branchés, à en croire la presse...)

Les parents d'ados tout juste éclos se retrouvent du jour au lendemain avec des tas de problèmes à gérer qui ne se posaient pas la veille... et le rapport au corps n'est pas le plus simple. D'autant plus que les idées qu'ils se mettent en tête n'ont bien souvent aucune base rationnelle (genre ma grande fille, 35 kgs pour 1,45m, qui trouve qu'elle a de grosses cuisses et ne veut donc pas porter de mini-jupe...).

Mais ce n'est pas ce qui crée le plus de tensions. Et c'est là qu'on voit que Papa et Maman ne "déclenchent" pas pour les mêmes raisons.

L'Homme est particulièrement allergique aux sautes d'humeur: cris, ruptures théâtrales du dialogue, portes qui claquent, mines boudeuses, les "Oh, ça va!" ou "Oh, c'est bon, maintenant!" et autres expressions du même tonneau.

Personnellement, j'ai un mal fou avec la mauvaise foi: les "J'avais pas vu" (le lave-vaisselle qui ne demandait qu'à être vidé pour accueillir la vaisselle sale accumulée dans l'évier), les "J'avais pas entendu" (Maman, occupée à préparer le repas, en train de s'époumoner depuis la cuisine pour qu'une bonne volonté vienne changer le sac poubelle qui déborde), les "C'est pas moi" (qui ai terminé le saucisson alors que j'étais le seul être vivant présent dans la maison qui soit doté d'un pouce opposable et donc capable d'ouvrir le frigo), ... , autant de petites phrases qui mettent ma patience à rude épreuve.

Ils nous épuisent parfois, mais qu'est-ce qu'on les aime, ces petits choux:-)

Ingrédients:

Pâte à choux:
  • 100 gr de beurre
  • 125 gr de farine
  • 4 oeufs
  • 1 c. à c. de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel
Garniture:
  • 50 cl de crème fraîche montée en chantilly, sucrée et aromatisée au café très fort selon le goût
  • Sucre impalpable
Sauce au chocolat:
  • 125 gr de chocolat noir
  • 30 gr de beurre

Dans une casserole, faites chauffer 1/4 l d'eau avec le sucre, le sel, et le beurre en morceaux. Dès que celui-ci est fondu, retirez la casserole du feu. Jetez-y la farine d'un seul coup. Mélangez. Reportez su le feu. Remuez énergiquement avec une cuiller en bois, jusqu'à ce que la pâte n'adhère plus ni à la cuiller, ni à la casserole. Hors du feu, ajoutez les oeufs un à un, en battant vigoureusement.

Allumez le bas du four. Beurrez une tôle à pâtisserie. Disposez dessus des petites noix de pâte, en les espaçant pour leur permettre de gonfler. Faites cuire à four moyen (thermostat 5/6) de 20 à 25 minutes. Sortez les choux du four lorsqu'ils sont assez durs pour résister à la pression du doigt.

Lorsqu'ils sont refroidis, découpez un couvercle et farcissez-les de chantilly aromatisée. Mettez le chocolat en morceaux à fondre avec 30 gr de beurre et 2 c. à s. d'eau dans une petite casserole à feu doux (ou au bain marie). Remuez avec une cuiller en bois pour obtenir une crème lisse.

Versez la sauce au chocolat sur les choux, et servez sans attendre (si on attend, c'est bon aussi, mais les choux ont perdu leur croquant).

Bonne dégustation!

Source: Françoise Bernard, Les recettes faciles.

mercredi 3 août 2011

Focaccia à l'aïl des ours

Délicieux en accompagnement d'un plat de pâtes, de charcuteries italiennes ou de... rien de tout: la focaccia peut très bien se suffire à elle-même:-)

J'ai parsemé celle-ci du mélange Wild Garlic en vente chez Oil&Vinegar: tomate et aïl des ours, pour l'essentiel. Un régal!






Ingrédients:
  • 500 gr de farine
  • 20 gr de levure fraîche
  • 290 ml + 50 ml d'eau
  • 1 c. à s. + 1 c. à c. bombée de sel
  • 50 ml  + 2 c. à s. d'huile d'olive

Mélangez la farine et le sel. Diluez la levure fraîche dans 250 ml d'eau tiédie, et versez-la dans la farine avec les 2 c. à s. d'huile d'olive.

Mélangez pour amalgamer sans trop pétrir, et ajoutez environ 40 ml d'eau pour obtenir la consistance voulue, soit une pâte souple, élastique mais pas trop collante. Formez une boule, huilez-la légèrement à même le saladier, couvrez d'un torchon et laissez au repos 10 minutes.

Chemisez la plaque du four de papier sulfurisé. Déposez-y la pâte, sans l'étaler, huilez légèrement la surface, et laissez reposer à nouveau 10 minutes.

Ce délai écoulé, étalez à l'aide d'un rouleau en bois la pâte sur la plaque, en partant du centre et sans trop appuyer pour ne pas que s'échappent les bulles de la levée. Laissez reposer 20 minutes.

Émulsionnez les 50 ml d'huile d'olive et les 50 ml d'eau avec une cuillère à café bombée de sel fin, pour obtenir un épais mélange vert olive. Faites des trous dans la pâte en y appuyant fortement les doigts, sans chercher à être régulier. Versez l'émulsion précédente sur la pâte, de manière à remplir les trous. Laissez reposer 20 minutes à nouveau.

Saupoudrer la pâte de romarin, de quelques tomates cerises ou de tomates séchées, enfournez pour 25 minutes dans le four préchauffé à 220°. La pâte doit être très légèrement dorée. À déguster à peine refroidie!

Bon appétit!

Source: Christelle Is Flabbergasting

Moules farcies à la tomate

Une autre recette de moules farcies, très différente de celle de l'année dernière, mais tout aussi délicieuse:-)











Ingrédients:
  • 36 grosses moules
  • 2 tomates
  • 50 gr d'oignon haché
  • 1 gousse d'aïl finement émincée
  • 30 gr d'amandes concassées
  • 5 c. à s. de chapelure
  • 3 c. à s. de persil haché
  • 1 pincée de piment d'Espelette
  • huile d'olive
  • sel, poivre

Faites ouvrir les moules dans une casserole couverte à feu vif, retirez les demi-coquilles vides, et déposez-les sur la plaque du four.

Dans un filet d'huile d'olive, faites revenir l'oignon, l'aïl, et les tomates détaillées en petits dés. Mélangez cette préparation avec les amandes, la chapelure, le persil et le piment. Rectifiez l'assaisonnement, puis garnissez les moules.

Enfournez à 200° et laissez cuire 8 minutes. Servez chaud.

Bonne dégustation!

Panna cotta au pesto et fondue de poivrons

Encore une recette honteusement pompée de Télémoustique, une fois n'est pas coutume;-)

Une préparation aux accents méditérranéens, à la fois très fraîche et très goûteuse. Les proportions données ci-dessous permettent de confectionner une entrée pour 6 personnes, ou alors une vingtaine de petites verrines pour accompagner l'apéritif (dans ce cas, prévoyez quelques tranches supplémentaires de jambon cru italien).


Ingrédients:
  • 3 petits poivrons: un rouge, un jaune et un vert
  • 100 gr de pesto verde
  • 250 gr de ricotta
  • 25 cl de lait
  • 3 fines tranches de jambon cru italien
  • 3 feuilles de gélatine (3 x 2 gr)
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • sel, poivre, herbes de Provence

Faites ramollir les feuilles de gélatine dans de l'eau froide. Versez-les ensuite dans un poêlon et faites-les fondre à feu doux. Hors du feu, ajoutez progressivement le lait, tout en mélangeant.

Mélangez la ricotta et le pesto; versez le lait par dessus, petit à petit. Rectifiez l'assaisonnement et répartissez dans 6 verres. Couvrez et faites prendre quelques heures au frigo.

D'autre part, taillez les poivrons en petits dés et plongez-les dans un grand poêlon d'eau bouillante. Comptez 8 minutes de cuisson, puis égouttez-les et rafraîchissez-les à l'eau froide. Epongez-les avec du papier absorbant et faites-les revenir deux minutes à feu vif dans une grande poêle contenant l'huile chaude. Versez dans un plat, assaisonnez et laissez refroidir.

Divisez le jambon en longues lanières et faites-les rôtir 5 minutes au four préchauffé à 180°, sur le plateau recouvert de papier cuisson.

Répartissez les poivrons sur les panna cotta, décorez d'un grissini et de chips de jambon, et servez.

Bonne dégustation!

Tarte au flan aux abricots

C'est la saison des abricots!

Ci-dessous une idée de dessert simple, facile à faire, et qui plaira au plus grand nombre (en tout cas, nos cobayes cévenols ont eu l'air d'apprécier;-)

Source: Télémoustique






Ingrédients:
  • un disque de pâte sablée ou brisée prête à l'emploi
  • 400 gr d'abricots bien mûrs
  • 6 oeufs
  • 1 boîte de lait concentré sucré (397 gr)
  • 1 boîte de lait concentré (non sucré - 385 ml)

Préchauffez le four à 180°.

Garnissez un grand moule à tarte avec la pâte sablée ou brisée.

Mélangez les 2 laits et les oeufs au fouet. Versez-en environ la moitié dans le fond de tarte, puis ajoutez les abricots dénoyautés et coupés en quatre. Déposez le moule sur la plaque du four avant d'y verser le reste de la crème.

Faites cuire 35 minutes au four.

Servez frais.

Bonne dégustation!

NB: Sublime avec un (vrai) Sauternes.

jeudi 23 juin 2011

Clafoutis aux cerises

2011: une année "à cerises" dans notre belle Hesbaye:-)












Ingrédients:
  • 750 gr de cerises bien mûres
  • 100 gr de farine
  • 90 gr de sucre en poudre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 6 oeufs
  • 1/4 l de lait
  • 1 pincée de sel

Préchauffez votre four à 200°.

Dénoyautez les cerises. Battez les oeufs en omelette avec le sel, ajoutez le sucre, puis la farine, puis, peu à peu, le lait.

Beurrez votre plat et versez-y les cerises puis la pâte. Faites cuire 45mn.

C'est meilleur si vous servez le clafoutis tiède, mais il est très bon froid aussi.

Bon appétit!

mardi 21 juin 2011

Cupcakes chocolat spéculoos

Fin juin. Et une année scolaire de plus qui touche à sa fin.

Une période traditionnellement ponctuée de toute une série d'événements et autres spectacles qui marquent la fin de l'année et qui sont autant d'occasions de prendre la mesure du temps qui passe et de constater à quelle vitesse nos enfants grandissent...

Le 28 mai dernier avait lieu la représentation de "Tous au Tussaud's", le gala 2011 de l'école de danse que fréquentent mes deux filles. C'est toujours émouvant de voir ses enfants sur scène présenter avec fierté le travail de toute une année; mais à cette émotion est venu se superposer un sentiment d'une autre nature ce soir-là: une petite pointe de nostalgie pour cette enfance que mon ado de fille et ses copines semblent (en tout cas dans des moments comme celui-là) avoir définitivement quittée.

Non pas que je le déplore: les rapports parent-ado ont aussi leurs bons côtés. Mais certaines pages sont tournées à jamais, c'est un fait indéniable. Je pense notamment à un apprentissage particulier: celui du langage, et plus particulièrement la maîtrise du vocabulaire dit "de base".

Parler avec un ado est plaisant car on peut se permettre des choses qui ne fonctionnent pas toujours avec un enfant plus jeune, comme jouer sur les sens multiples d'un mot, sur les registres de la langue, faire des jeux de mots (parfois douteux), ... Ca, c'est le gain.

Ce qui disparaît avec l'âge et qui est une grande source de joie pour les parents d'enfants plus jeunes est la capacité de création lexicale dont ils peuvent faire preuve. Ma fille cadette a été particulièrement prolifique dans ce domaine-là (la cage à farfadets, le choc termite, l'insecte minuscopique, le véhicule biliaire, ...)

La maîtrise du vocabulaire allant croissant, ces perles se font plus rares, et si l'enseignante en moi devrait s'en réjouir, la mère a plutôt tendance à le regretter...

Une recette tout spécialement inventée pour elle, super-prédatrice du chocolat blanc au spéculoos.

Ingrédients:

Gâteaux:
  • 175 gr de spéculoos réduits en poudre
  • 100 gr de sucre en poudre
  • 1 s. (7 gr) de levure en poudre
  • 15 gr de cacao en poudre
  • 150 gr de beurre demi-sel en pommade
  • 3 oeufs
Glaçage:
  • 200 gr de chocolat blanc au spéculoos
  • 5 c. à s. de lait
  • 175 gr de sucre glace

Préchauffez le four à 180° et garnissez un moule à muffins de caissettes en papier.

Dans un saladier, mélangez le beurre, le sucre, les oeufs, la poudre de speculoos, le cacao et la levure à l'aide d'un fouet électrique.

Répartissez la pâte dans les caissettes et faites cuire 15 à 20 minutes, jusqu'à ce que les gâteaux soient gonflés et juste fermes au toucher. Laissez refroidir sur une grille.

Mettez le chocolat et le lait dans un poêlon et faites fondre le chocolat au bain-marie en remuant régulièrement. Hors du feu, incorporez le sucre glace, puis étalez ce nappage sur les cupcakes lorsqu'il est encore chaud.

Bonne dégustation!

dimanche 19 juin 2011

Mes boulets à la liégeoise

Juin. Le mois des examens. Et des interminables surveillances dans les grands auditoires.

Si nous autres enseignants avons une idée assez précise de ce qui occupe l'esprit des étudiants en ces heures laborieuses, l'inverse est assez peu probable... (et ils ne se posent d'ailleurs certainement pas la question.)

Eh bien, pour ceux que cela intéresse, je lève un coin du voile. Le fait est qu'il est parfaitement possible pour un surveillant de parcourir les rangées de sièges d'un oeil vif, tel un épervier prêt à fondre sur tout mulot présumé coupable de la moindre tentative de fraude, tout en pensant à toutes sortes de choses qui n'ont rien à voir (Qu'est-ce que je vais faire pour souper ce soir? - Est-ce que ma fille a assez bossé pour son examen de géo? - Faudra penser à passer chez Decathlon samedi. - Trop beau, le sac! Je veux le même! - ...) L'esprit, insuffisamment stimulé pendant ces longs moments passés à arpenter les gradins, a naturellement tendance à s'occuper d'une manière ou d'une autre, on ne peut rien y faire.

On peut aussi se concentrer sur la population que l'on a en face de soi et faire toutes sortes d'observations et de statistiques, une façon plutôt amusante de passer le temps. On peut même classer les observations et les questions qu'elles soulèvent par catégories. Voici ce que ça donne pour une population de 88 étudiants de 1ère année, Faculté des Sciences:
  • Démographie: 61 garçons pour 27 filles. Le milieu scientifique serait-il en voie de re-machotisation?
  • Anatomie comparée: sorties "pipi" exclusivement masculines. Les filles seraient-elles pourvues d'une plus grosse vessie que les garçons ou y avait-il un exemplaire de la grammaire planqué derrière les urinoirs?
  • Fashion - les garçons: (1) Le turquoise est résolument "in" ce printemps, ainsi que le sweat à capuche. Le top du top: le sweat à capuche turquoise. (2) On constate un net recul de "La Mèche"; un seul sur 61 nous a donné l'impression de chasser les mouches tout au long de l'épreuve. (3) La barbe de trois jours, par contre, semble avoir une cote d'enfer; nouvelle mode ou négligence de fin de session? L'avenir nous le dira...
  • Fashion - les filles: (1) La mode est aux cheveux longs; ils se portent attachés, le plus souvent ramassés en une espèce de pseudo-chignon plus ou moins sauvage fixé à l'aide de ce qui vous tombe sous la main - un crayon, par exemple. (2) Zéro décolleté de la mort malgré la chaleur moite en ce jour d'orage (il y avait même un col roulé!); les filles de la Fac des Sciences seraient-elles plus sages que celles de la Fac de Médecine?
  • Alimentation: recul des boissons sucrées et barres chocolatées au profit de l'eau plate et des "collations saines" (la banane est très tendance - merci Philippe Katerine?). Question: le choix du yaourt (en pot, pas à boire) n'est-il pas révélateur d'un manque de sens pratique?
Voilà, entre autres choses, à quoi peuvent s'amuser les surveillants pendant un examen.

Une dernière question: à quoi peuvent bien penser nos étudiants le reste de l'année, quand 110% de notre énergie de prof est mobilisée par la transmission de notre savoir?


Ingrédients
(pour 4 personnes):
  • 600 gr de haché porc et boeuf non-assaisonné et de bonne qualité (très important!)
  • 1 échalote hachée finement
  • 2 c. à s. (bombées) de chapelure
  • 1 oeuf entier
  • 1 c. à s. de persil haché
  • sel, poivre, noix de muscade
  • 1 grosse noix de margarine
  • 1 c. à s. de cassonade
  • 2 c. à s. de vinaigre
  • 300 gr d'oignons émincés
  • thym, laurier
  • 1 grosse c. à s. de sirop de Liège (pommes-poires)
  • 1 c. à s. de moutarde douce
  • raisins secs (selon le goût)
Dans un saladier, mélangez la viande avec l'échalote hachée, la chapelure, l'oeuf, et le persil; salez, poivrez, et formez huit boulettes bien rondes.

Dans une casserole, faites fondre la margarine; quand elle est bien chaude, faites dorer les boulettes sur toutes leurs faces puis sortez-les de la casserole.

Jetez le sucre dans la casserole et déglacez avec le vinaigre; ajoutez les oignons, le thym et le laurier. Mélangez puis posez les boulettes par dessus, et mouillez d'eau jusqu'à mi-hauteur des boulettes. Laissez cuire à feu doux environ une demi-heure.

Retirez les boulettes de la casserole et mixez la sauce. Ajoutez le sirop, la moutarde et les raisins, et rectifiez l'assaisonnement. Remettez les boulettes dans la sauce et laissez cuire (toujours à feu doux) 10 minutes de plus.

Servez bien chaud avec des frites maison.

Bon appétit!

Remarque: les 300 gr d'oignons émincés mixés dans la sauce servent à l'épaissir sans avoir à recourir à un liant en poudre. Si vous êtes intolérant aux oignons, vous pouvez les remplacer par deux ou trois tranches de pain tartinées de la moutarde qui figure sur la liste des ingrédients (astuce confiée par Tracasse, du restaurant L'Incontournable, qui la tient lui-même de sa grand-mère et dont les boulets sont une institution).

Sauce tartare presque maison

 


A déguster avec des crudités à l'apéro, dans un sandwich au saumon fumé, avec des scampis frits, ... selon l'humeur du jour.

Pour l'Homme de la maison, c'est le complément indispensable du boulet-frites.













 

Ingrédients:
  • 3 à 4 bonnes c. à s. de mayonnaise aux oeufs Delhaize (la "Mayo", le pot sur lequel on voit une photo de filet américain - pour moi la meilleure mayonnaise industrielle en vente chez nous)
  • 2 bonnes c. à s. d'échalotes hachées très très finement OU de très petits oignons blancs au vinaigre (selon votre préférence)
  • 2 c. à s. de câpres égouttées et hachées
  • 1 c. à s. de persil haché
  • 1 c. à s. de ciboulette hachée
  • 1 c. à s. de cerfeuil haché
  • 1 c. à s. d'estragon haché

On peut utiliser des herbes fraîches ou séchées.

La préparation est très simple: il suffit de mélanger tous les ingrédients et de laisser reposer environ deux heures au frais.

Bonne dégustation!


    jeudi 2 juin 2011

    Brochettes de canard mariné et fruits secs

    Du canard salé-sucré au barbecue, pour changer un peu des saucisses et de la côte à l'os (bon, on ne va pas se plaindre non plus, hein...)

    Petit cours de marinade extrait du livre "Les délices du barbecue" (Colruyt, série "L'eau à la bouche"):

    Les marinades confèrent un goût délicieux à vos grillades tout en attendrissant aussi la viande, et font en sorte qu'elles se dessèchent moins vite.


    Une marinade se compose classiquement de 3 éléments:
    • une base acide (vinaigre, tomate, yaourt, jus de citron, sauce soja, vin, ...) pour attendrir la viande;
    • une huile qui résiste bien à de très hautes températures (huile d'arachide, d'olive ou de tournesol);
    • des ingrédients aromatisants (épices, miel, ...).
    Badigeonnez la viande environ 4 heures à l'avance; le résultat sera d'autant plus réussi si vous laissez mariner la viande toute la nuit au réfrigérateur, à couvert. Pour le poisson, comptez de 30 minutes à quelques heures. Les produits surgelés ne doivent pas être dégelés; laissez-les marinez plus longtemps, la veille, au réfrigérateur.


    Ingrédients
    (pour 4 personnes):

    Pour les brochettes:
    • 2 beaux magrets de canard (environ 800 gr)
    • 4 tranches de lard fumé de +/- 1/2 cm d'épaisseur
    • 8 figues et 8 abricots secs
    Pour la marinade:
    • 100 ml d'huile de tournesol
    • 2 c. à s. de sirop d'érable
    • 4 c. à s. de crème de vinaigre de figues (Oil&Vinegar)
    • 2 c. à s. de moutarde au vinaigre balsamique
    • 3 gousses d'aïl finement émincées
    • romarin, thym citron
    • sel, poivre
    Coupez les magrets de canard en 8 morceaux; placez-les dans un bol, recouvrez de marinade, mélangez bien et mettez au frais au moins 4 heures.

    Coupez les tranches de lard fumé en 4 morceaux, et confectionnez les brochettes en alternant canard, fruit sec et lard fumé.

    Conseil cuisson
    : ne placez pas vos brochettes directement sur la grille du barbecue mais plutôt dans un récipient en aluminium, sans quoi les graisses et l'excédent de marinade auront vite fait de produire de belles grandes flammes et vos brochettes seront brûlées dehors et crues dedans:-)

    Bon appétit!

      dimanche 29 mai 2011

      Charlotte aux fraises

      Samedi dernier: virée shopping avec ma grande fille.

      Je repère dans une vitrine une ravissante tunique volantée couleur crème, rehaussée d'un joli point de dentelle. Le coup de foudre!

      L'Ange de la Raison, ce rabat-joie juché sur mon épaule droite, me souffle à l'oreille que les tailles de vêtements proposées dans ce minuscule établissement sont sans nul doute directement proportionnelles à la taille de la boutique, et que je ferais mieux de passer mon chemin, histoire d'éviter à mon amour propre (et accessoirement à mon portefeuille) une déconvenue de plus.

      Mais le Démon du Shopping, jamais en reste, me susurre à l'oreille gauche que ça ne coûte rien d'entrer voir, et puis que j'ai bien le droit de me faire plaisir de temps en temps, non mais sans blague. Le Démon du Shopping ayant très certainement suivi moult séminaires du style "Comprendre et maîtriser les mécanismes et les techniques de persuasion", vous imaginez bien que je ne suis guère de taille à résister, et je me laisse donc tenter. J'entre dans la boutique et me renseigne au sujet de la tunique. S'en suit le délicieux échange ci-dessous:

      - La vendeuse (exagérément incrédule): "C'est pour vous???"
      - Moi (penaude, et après avoir marqué un temps d'arrêt, ce qui permet à l'Ange de la Raison de me glisser un "J'te l'avais dit!" bien revanchard): "Ben... oui...". Maso, j'en redemande: "Pourquoi, vous ne l'avez plus en grande taille?"
      - La vendeuse (sur un ton qui hurle "Mais elle ne doute vraiment de rien, celle-là!!!"): "Ah non, hein, Madame; c'est italien, ça! Très près du corps et disponible uniquement en small et medium."

      Je suis très tentée de répondre "à l'image de leur Premier Ministre, quoi", mais la dame n'a pas l'air de donner dans le second degré, et je m'abstiens. Au lieu de cela, je m'excuse poliment de l'avoir dérangée, et je quitte la boutique.

      Ce n'est que dans un deuxième temps, et suite à une réflexion de ma fille ("Oufti, comme elle t'a parlé, la dame!") que j'ai clairement pris conscience de l'inadéquation de cet échange: du comportement de la vendeuse, et de ma réaction.

      Je ne la connais pas et ne peux donc pas extrapoler les raisons de sa rondophobie primaire et manifeste. Et je ne peux expliquer ma réaction - ou plutôt ma non-réaction - à ce manque de courtoisie que par le fait qu'inconsciemment, je m'y attendais sans doute. C'est qu'il y a eu de nombreux précédents, étant donné ma nature irrémédiablement rondouillarde d'une part, et d'autre part la dictature de la minceur qui caractérise notre société et qui a pour résultat que les propriétaires de petites boutiques de mode prennent rarement le risque d'investir dans de la marchandise au-delà de la taille 42.

      Mais de toute façon, ne pas saisir tous les tenants et aboutissants d'une situation désagréable ne signifie pas qu'on doive nécessairement la subir, et j'ai bien décidé de m'entraîner à un comportement plus adéquat en vue des prochaines fois. Et quand une vendeuse me demandera, sourcils froncés et lèvre supérieure retroussée comme si elle venait de voir un passant autoriser son chien à déféquer devant sa vitrine: "C'est pour vous???", je pourrai répondre, au choix et d'un air très dégagé:

      - "Non non, rassurez-vous! C'est pour mon mari; il est transgenre, voyez-vous."
      - "Oui, mais pas pour la porter, bien sûr! Je compte en faire des serviettes de table; avec la dentelle, ce sera super joli! Et vintage, en plus!"
      - "Non, c'est pour la petite, quand elle fera du bonnet C, d'ici 5-6 ans."

      Si vous avez d'autres idées...

      Ingrédients
      •  600 gr de fraises
      • 1 dl de lait
      • 3 oeufs
      • 3 dl de crème fraîche
      • 150 gr de sucre
      • 7 feuilles de gélatine
      • 1 c. à c. de maïzéna
      • +/- 20 biscuits à la cuiller
      • 3 c. à s. de kirsch (ou autre alcool)

      Faites tremper les feuilles de gélatine dans un peu d'eau froide.

      Travaillez les jaunes d'oeufs (réservez les blancs) avec le lait et la maïzéna et faites chauffez cette crème à feu doux dans un poêlon, en remuant constamment avec une cuiller en bois. Quand elle a bien épaissi, retirez-la du feu et ajoutez lui les feuilles de gélatine essorées; mélangez jusqu'à parfaite dissolution et versez dans un saladier.

      Réservez 4 ou 5 belles fraises, lavez et équeutez les autres. Coupez-les en morceaux, puis réduisez-les en purée à l'aide du mixer. Versez ce coulis sur la crème aux oeufs et mélangez.

      Ajoutez alors le sucre, puis la crème fraîche montée en chantilly. Terminez par les blancs d'oeufs battus en neige ferme. Mélangez délicatement, et mettez environ deux heures au frigo, le temps que la préparation prenne la consistance d'un fromage blanc épais.

      Versez le kirsch (ou autre alcool) dans une assiette creuse, ajoutez-lui 4 c. à s. d'eau et trempez-y très rapidement et un à un les biscuits à la cuiller, que vous disosez au fur et à mesure sur les parois latérales d'un moule (forme et matériau sans importance; capacité d'environ 1,5l). Versez alors la préparation aux fraises en tassant bien. Couvrez et mettez toute une nuit au frais.

      Au moment de servir, démoulez la charlotte sur une grande assiette, décorez avec les fraises réservées et servez bien frais.

      Bonne dégustation!

      Gâteau breton

      Souvenir de vacances...













      Ingrédients:
      • 150 gr de beurre salé mou
      • 5 jaunes d'oeufs + 1 oeuf entier
      • 150 gr de sucre fin
      • 200 gr de farine
      • 1 c. à s. de rhum ou de cognac

      Préchauffez le four à 200°.

      Réduisez le beurre en pommade.

      Battez les 5 jaunes d'oeufs et le sucre jusqu'à ce que vous obteniez une pâte mousseuse et blanchâtre, et incorporez le beurre. Mélangez bien et versez la farine petit à petit, puis le rhum ou le cognac.

      Beurrez un moule à manqué et remplissez-le de la préparation. Dorez à l'oeuf battu, décorez de stries à la fourchette, et faites cuire à four chaud environ 40 minutes.

      Servez tiède ou froid, avec du cidre, par exemple.

      Ce gâteau se conserve très bien au sec, dans une boîte hermétique.

      Bonne dégustation!

      mardi 17 mai 2011

      Cannelloni ai carciofi (aux artichauts)

      Découvertes au rayon frais chez Delhaize la semaine dernière et testées pour vous: les feuilles de pâte fraîche (sans pré-cuisson) pour lasagnes et cannellonis Bertagni.

      Idéales lorsqu'on a une envie de cannellonis (presque) maison mais pas le temps (ou l'envie) de faire la pâte soi-même (et puis de nettoyer le chantier qui résulte forcément de l'opération) ni la patience de farcir des tubes pré-formés à la petite cuiller:-)



      Ingrédients (pour 4 personnes):

      1 paquet de feuilles de pâte pour lasagnes et cannelloni Bertagni (250 gr - 18 feuilles)

      Pour la farce:
      • 500 gr de filets de poulet
      • 2 bocaux de coeurs d'artichauts tendres
      • 250 gr de ricotta
      • 1 filet d'huile d'olive
      • herbes de Provence, sel, poivre
      Pour la sauce:
      • 500 gr de coulis de tomates
      • 3 gousses d'aïl
      • 1 filet d'huile d'olive
      • origan, basilic,  sel, poivre
      • 25 cl de crème fraîche
      • parmesan frais râpé selon le goût (j'en mets environ 100 gr)

      Commencez par la sauce tomate. Emincez finement l'aïl et faites-le revenir dans un filet d'huile d'olive. Ajoutez le coulis de tomate, l'origan et le basilic; salez, poivrez, et laissez mijoter une bonne demi-heure à feu très doux.

      Découpez les filets de poulet en dés; salez, poivrez, ajoutez une pincée d'herbes de Provence et faites rissoler dans un filet d'huile d'olive.

      Lorsque la viande est bien cuite, passez-la au mixer avec les coeurs d'artichauts; incorporez ensuite la ricotta au mélange et rectifiez éventuellement l'assaisonnement.

      Préchauffez le four à 180°.

      A l'aide d'un pinceau, badigeonnez d'eau froide les deux faces de chaque feuille de pâte afin de la rendre plus malléable. Placez la quantité désirée de farce le long du petit côté de la feuille et roulez la feuille sur elle-même.

      Placez les roulades côte à côte dans un plat allant au four. Couvrez de sauce tomate, puis de crème fraîche; terminez en saupoudrant de parmesan frais râpé.

      Enfournez et laissez cuire environ 25 minutes.

      Bon appétit!

      mardi 19 avril 2011

      Noix de Saint Jacques aux embruns d'Ecosse

      Comme je le disais dans le post précédent, avril marque le début de la saison des artichauts (et de beaucoup d'autres produits, d'ailleurs); il marque également la fin de la saison des Saint Jacques.

      La coquille Saint Jacques met deux à trois ans pour atteindre sa maturité. La pêche de ce coquillage qui fait la fierté des marins-pêcheurs de la baie de Saint Brieuc est donc extrêmement règlementée: elle n'est autorisée que du 1er octobre au 15 mai par arrêté ministériel, et à raison de 45 minutes par jour seulement.

      La fin de la saison de pêche est traditionnellement marquée par la Fête de la Coquille, qui a lieu successivement chaque année en avril dans l'un des trois ports de pêche des Côtes d'Armor : Erquy, Saint Quay Portrieux et Loguivy de la Mer.





















      Jeudi dernier, les Saint-Jacques de Mme Brochot étaient particulièrement irrésistibles: énormes et moelleuses à souhait! Je les ai accommodées avec ce que j'avais sous la main au gîte (une briquette de crème fraîche et le pur malt écossais de l'Homme), et, ma foi, nous nous sommes régalés.


      Ingrédients
      (pour 4 personnes):
      • 24 belles noix de Saint Jacques
      • 25 cl de crème fraîche
      • 2 cl de whisky écossais pur malt (au parfum iodé, comme l'Oban ou le Bowmore)
      • 2 c. à c. de paprika doux
      • 1 grosse noix de beurre
      • 3 c. à s. d'huile de noisette

      Dans une grande poêle, faites chauffer l'huile et le beurre à feu vif.

      Saisissez les Saint Jacques (2 minutes par face maximum; elles doivent être cuites mais rester fondantes à coeur); retirez-les de la poêle et réservez au chaud.

      Déglacez la poêle au whisky; laissez évaporer le plus gros de l'alcool. Ajoutez ensuite la crème et le paprika; salez, poivrez, et laissez réduire une minute ou deux.

      Nappez les noix de Saint Jacques de sauce et servez chaud avec un peu de pain et un Chablis vieilles vignes, par exemple.

      Bonne dégustation!

        Tarte à la mousse d'artichauts et aux tomates cerises confites

        Avril marque le début de la saison de l'artichaut, avec l'arrivée en primeur des camus de Bretagne sur l'étal des légumiers.

        Cela dit, il n'est pas nécessaire d'attendre avril (et de se livrer à la fastidieuse besogne du "tournage" des artichauts frais) pour en consommer. La recette ci-dessous est réalisée à l'aide de fonds d'artichauts en boîte.




         

        Ingrédients:
        • 1 disque de pâte brisée prête à l'emploi
        • 250 gr de ricotta
        • 2 boîtes de fonds d'artichauts
        • 100 gr de parmesan frais râpé
        • 1 ravier de tomates cerises bien mûres
        • 1 c. à s. de sucre
        • 1 filet d'huile d'olive
        • sel, poivre
        • quelques feuilles de roquette pour la déco

        Faites cuire les fonds d'artichauts dans de l'eau salée jusqu'à ce qu'ils s'écrasent facilement (il faut compter une bonne demi-heure), puis laissez-les refroidir. Réduisez-les art en purée, puis incorporez la ricotta et le parmesan. Salez, poivrez, puis réservez au frais.

        Préchauffez le four à 180°.

        Posez les tomates cerises sur la plaque du four préalablement huilée. Saupoudrez-les d'une cuiller à soupe de sucre; salez, poivrez, et arrosez d'un filet d'huile d'olive. Faites cuire environ 20 minutes, puis réservez.

        Dans une platine à tarte, faites cuire la pâte à blanc (càd couverte de papier cuisson avec une couche de haricots secs par dessus, pour ne pas qu'elle gonfle) 15 à 20 minutes.

        Etalez le mélange aux artichauts sur la tarte et poursuivez la cuisson environ 10 minutes.

        Garnissez la tarte avec les tomates confites et décorez de quelques feuilles de roquette.

        Cette tarte peut être préparée la veille et réchauffée; veillez simplement à ajouter la roquette juste avant de servir.

        Bon appétit!

        Cake aux pruneaux et au magret de canard fumé

        Un cake salé d'hiver, et donc encore une recette qui arrive bien en retard sur la saison... Elle traîne dans la section "brouillons" du blog depuis tellement longtemps que je l'avais oubliée!

        C'est une visite aux faïenceries HB Henriot à Quimper la semaine dernière (où j'ai craqué pour un plat à cake dans un joli camaïeu de roses) qui m'y a fait repenser.

        A déguster à l'apéritif ou en entrée, avec une petite salade verte assaisonnée de cette délicieuse crème de vinaigre de figues qu'on trouve chez Oil&Vinegar.

        Source: Florence Edelmann, Cakes & pâtisseries salées.

        Ingrédients:
        • 100 gr de beurre
        • 100 gr de magret de canard fumé en tranches
        • 180 gr de farine
        • 1 sachet de levure en poudre
        • 3 oeufs
        • 10 cl de lait
        • 100 gr d'emmental râpé
        • 70 gr de confiture d'oignons (toute faite ou, mieux encore, maison: faites revenir 2 oignons finement émincés dans un peu d'huile d'olive jusqu'à ce qu'ils soient légèrement dorés, puis ajoutez une bonne cuiller à café de sucre et un trait de vinaigre balsamique et laissez confire à feu doux pendant environ 20 minutes)
        • 100 gr de pruneaux dénoyautés
        • sel, poivre

        Préchauffez le four à 180°. Beurrez et farinez un moule à cake.

        Faites fondre le beurre à feu doux. Réservez. Découpez le magret en fines lamelles.

        Tamisez la farine avec la levure. Dans un saladier, fouettez les oeufs avec le beurre et le lait. Salez et poivrez.

        Incorporez ce mélange à la farine, ajoutez l'emmental râpé, la confiture d'oignons, les lamelles de canard fumé et les pruneaux.

        Versez la préparation dans le moule à cake et faites cuire 20 minutes à 180°. Baissez ensuite la température du four à 160° et poursuivez la cuisson pendant 30 minutes.

        Bonne dégustation!

        mercredi 9 mars 2011

        Ballottine aux deux saumons et crevettes grises

        Un grand classique familial depuis pas loin de 30 ans: la mousse de saumon parfumée au cognac.

        A Noël dernier, j'ai choisi d'y incorporer des crevettes grises et de la servir en ballottine de saumon fumé (en chemisant des moules à muffins), accompagnée de petits pains maison à l'aneth et zeste de citron.

        Voici la recette de base de la mousse.


        Ingrédients (pour 8 à 10 personnes):

        • +/- 400 gr de saumon cuit
        • 1 tasse de mayonnaise
        • 2 c. à s. de ketchup
        • 1 bonne c. à s. de cognac
        • 1 sachet de gelée dorée (en poudre; marque "Morvandelle")
        • 25 cl de crème fraîche

        Ecrasez le saumon à la fourchette et incorporez-y la mayonnaise,le ketchup et le cognac.

        Préparez la gelée en suivant les instructions sur le sachet, MAIS avec 1/4 l d'eau plutôt que 1/2.

        Versez la gelée chaude sur le premier mélange. Passez le tout au mixer, ajoutez la crème fraîche, salez et poivrez.

        Beurrez un moule, versez-y la préparation et mettez au frigo pour au moins 6 heures.

        Servez avec un peu de verdure, un quartier de citron et des toasts melba.

        Bonne dégustation!

        Crème de chou-fleur au parmesan

        Un potage d'inspiration italienne, à servir tel quel ou parfumé de quelques gouttes d'huile de truffe.

        En garniture: un escargot feuilleté à la truffe (source: ELLE à table).
        Ingrédients (pour 4 personnes):
        • 1 beau chou-fleur
        • 2 l de lait entier
        • 120 gr de parmesan frais râpé
        • sel, poivre

        Séparez le chou-fleur en petits bouquets. Rincez-les et mettez-les dans une casserole. Recouvrez de deux litres de lait entier et portez à ébullition. Couvrez et laissez frémir environ 20 minutes à feu très doux.

        Mixez avec le parmesan, salez et poivrez.

        Servez bien chaud.

        Bonne dégustation!

        Lasagne aux chicons

        Le chicon (c'est comme ça que nous appelons l'endive en Belgique) est un légume qui ne fait pas toujours l'unanimité: certains le préfèrent cru (en salade), certains cuit (étuvé, braisé ou au gratin), et d'autres encore le banniraient volontiers et définitivement de leur alimentation (c'est le cas de ma fille cadette).

        Je n'avais jamais pensé à marier le chicon et la tomate jusqu'à ce que je tombe par hasard sur une recette de roulades de chicons à la bolognaise...


        Ce qui m'a donné l'idée de revisiter, une fois de plus, mon plat préféré:-)

        Ingrédients (pour 4 personnes - 17 ProPoints® la portion):
        • 600 gr de filet américain nature
        • 800 gr de chicons
        • 12 feuilles de lasagne
        • 1 grosse boîte de tomates pelées (800 gr)
        • 3 c. à s. de concentré de tomates
        • 2 c. à s. d'huile d'olive
        • sel, poivre, herbes (basilic, thym, origan, etc.)
        • 2 morceaux de sucre
        • 25 cl de crème fraîche 3% mg
        • 100 gr de parmesan frais râpé

        Coupez les chicons en lamelles fines et retirez les morceaux durs (coeur du chicon). Faites sauter les chicons dans une poêle haute à feu doux avec 1 cuillère d’huile d’olive jusqu’à ce que tout le liquide soit bien sorti du légume.

        Pendant ce temps, faites rissoler l'américain nature dans un peu d'huile d'olive également. Une fois qu'il est bien cuit, rajoutez-y les tomates pelées, le concentré de tomates, le sucre et les herbes. Salez et poivrez selon votre goût. Laissez mijoter à feu très doux une bonne demi-heure minimum. En fin de cuisson, ajoutez les chicons cuits préalablement égouttés.
         
        Préchauffez le four à 200°.
         
        Dans un plat allant au four, alternez les couches de feuilles de lasagne, de bolognaise aux chicons, et de crème fraiche saupoudrée de parmesan râpé. Commencez par une couche de feuilles de lasagne et terminez par le fromage.

        Faites cuire environ 30 minutes.

        Bon appétit!

        mercredi 23 février 2011

        Briouates façon pastilla poulet-amandes

        Vu ce matin, en bordure du site "meteobelgique": une publicité pour le concours "Pink Swiffer, Pink Power" : "Pourquoi le Swiffer rose arbore-t-il cette couleur? Dites-le-nous et gagnez-en un!"

        La vie est faite de coïncidences. Pas plus tard qu'hier, avec quelques collègues nous plaisantions sur le sujet de la répartition des tâches ménagères, et je leur signalais l'existence du "Viléda Junior", chariot de ménage full-options pour enfants à partir de 3 ans, en vente chez votre marchand de jouets. Et c'est là qu'une collègue me demande, un peu outrée: "Et il n'est pas rose, au moins?"

        Non, il n'est pas rose. Viléda a eu le bon goût de fabriquer ses minis-mops, seaux et autres brosses dans les mêmes couleurs que les "vrais", c'est à dire essentiellement le rouge. Et j'y avais justement vu un signal encourageant: les fabricants de jouets sortaient enfin des clichés "casseroles et fers à repasser roses pour les filles et voitures et kits de mécanos rouges pour les garçons".

        Et puis ce matin je me prends "Pink Swiffer, Pink Power" en pleine figure en consultant les prévisions météo...

        S'il s'agissait uniquement du changement de couleur (pour ceux qui l'ignorent, le Swiffer de base est vert), on pourrait penser que les publicitaires en charge de la campagne ont voulu surfer sur la vague "le rose est tendance", à l'instar de certaines marques de téléphones portables ou de grands noms de la maroquinerie. Après, on aime ou on n'aime pas; c'est juste une question de goût.

        Mais la mention "Pink Power" me perturbe énormément... Il s'agit là d'une référence très claire à l'expression "Black Power", née en 1966 aux Etats-Unis, et qui illustrait la position de divers mouvements politiques, culturels et sociaux noirs qui luttaient contre la ségrégation raciale. Or, dans le cas qui nous occupe, j'ai la fâcheuse impression qu'il y a comme un paradoxe dans le slogan: pour moi, décliner le Swiffer en rose, couleur traditionnellement associée à la condition féminine, et en faire un instrument prétendument au service du pouvoir des femmes n'est pas lutter contre mais POUR la ségrégation ménagère. J'ai beaucoup de mal à faire taire cette petite voix qui me murmure qu'il s'agit quand même d'un sacré retour en arrière dans l'évolution des mentalités... En tout cas, voilà qui va à coup sûr ruiner tous les efforts des femmes qui, à force de déployer des trésors de patience et de persuasion, avaient fini par convaincre leur tendre moitié de la dimension virile du passage bi-hebdomadaire de l'engin.

        Par ailleurs, on ne m'empêchera pas de penser que cette campagne est tronquée. En effet, la marque s'engage  à publier chaque jour les 15 slogans les plus originaux parmi ceux qui auront été proposés par les participants; mais quand je vois la nature de ce qui a été retenu pour figurer sur le site, et que je le compare aux idées qui me sont venues tout naturellement ce matin, je renifle comme une odeur de censure;-)

        En réaction, je vous propose de transformer ce post en tribune libre "Pink Swiffer" et de nous faire profiter, via le dépôt d'un commentaire, de votre imagination. Rien ne sera censuré, promis:-)

        Je vous livre en vrac mes propres idées:
        1. Grâce au "Pink Swiffer", je possède enfin la panoplie complète de "Barbie Technicienne de surface"!
        2. Un Swiffer relooké Disney, ou comment faire de la corvée ménage un vrai conte de fée!
        3. Les Housewives n'ont désormais plus de raison d'être Desperate: Swiffer leur fait voir la vie en rose!
        Pour conclure, je resterai politiquement correcte et ne ferai qu'évoquer la très gauloise suggestion de mon Homme, qui évoquait la possibilité de se mettre le "Pink Swiffer" quelque part et de se prendre pour la meneuse de revue du Moulin Rouge... 

        Ingrédients (pour 24 pièces, soit 6 personnes):
        • 12 feuilles de brick
        • 2 blancs de poulet
        • 2 c. à s. d' huile d'olive
        • 1/2 oignon
        • un petit bouquet de persil
        • 2 pincées de safran
        • 1/2 c. à c. de gingembre en poudre
        • 1 c. à c. de cannelle en poudre
        • 80 gr d' amandes mondées
        • 2 c. à s. de sucre en poudre
        • 50 gr de beurre
        • 3 oeufs
        • sel, poivre

        Emincez finement l'oignon et coupez le poulet en morceaux.

        Dans une poêle profonde, faites revenir dans l'huile l'oignon et les morceaux de poulet; salez et poivrez. Couvrez avec de l'eau, ajoutez le persil et les épices, et laissez cuire environ 20 minutes à couvert sur feu doux.

        Dans une poêle anti-adhésive, faites frire les amandes, égouttez, mixez (grossièrement), et réservez.

        Mettez 30 g de beurre dans la marmitte avec le poulet que vous aurez préalablement passé au hachoir, laissez réduire à feu doux quelques minutes, ajoutez ensuite les oeufs un à un (toujours à feu doux) sans cesser de remuer, retirez du feu, ajoutez les amandes mixées et le sucre en poudre;  mélangez bien puis laissez refroidir.

        Coupez les feuilles de brick en deux. Prenez une demi feuille, pliez-la en deux, déposez-y un peu de farce, et procédez au pliage. Badigeonnez de beurre fondu, et réservez.

        Juste avant de servir, passez quelques minutes dans un bain de friture bien chaud.

        Bon appétit!

        Bûche génoise crème au beurre praliné en robe de massepain, glaçage au chocolat noir

        Une autre recette en retard: ma bûche de Noël 2010.




        Ingrédients (bûche pour 12 personnes):

        Pour le biscuit:
        • 6 oeufs
        • 180 gr de sucre
        • 200 gr de farine
        • 1 trait d'Amaretto (attention: le parfum doit rester subtil, sinon il couvrira tout le reste!)
        Pour la garniture:
        • 3 jaunes d'oeufs
        • 250 gr de beurre mou non-salé
        • 250 gr de sucre glace
        • 1 sachet de pralin (Vahiné® - 100 gr)
        • 1 trait d'Amaretto
        Pour le glaçage:
        • 1 pain de pâte d'amandes nature (500 gr) + pâte d'amandes colorée pour la déco (en option; la déco peut être réalisée avec les chutes de pâte d'amandes nature)
        • 200 gr de chocolat noir
        • 10 cl de crème liquide

        Préchauffez le four à 180°.

        Séparez les blancs des jaunes d'oeufs, et battez les jaunes avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse.

        Montez les blancs en neige et incorporez-les à la préparation très délicatement. Ajoutez la farine en pluie, puis l'Amaretto. Mélangez, toujours très délicatement.

        Versez dans un moule rectangulaire garni de papier sulfurisé (la lèchefrite du four convient tout à fait). Faites cuire environ 10 minutes, jusqu'à ce que le dessus soit doré.

        Démoulez le biscuit et roulez-le sur lui-même. Laissez-le refroidir.

        Pendant ce temps,confectionnez une crème en mélangeant le beurre,les jaunes d'oeufs, le sucre, le pralin et l'Amaretto. Réservez.

        Lorsque le biscuit est froid, déroulez-le et garnissez-le généreusement de crème, puis enroulez-le à nouveau.

        Abaissez la pâte d'amande au rouleau à pâtisserie (épaisseur: 2 mm). Recouvrez entièrement la bûche au moyen de la feuille obtenue.

        Faites fondre le chocolat avec la crème fraîche au bain-marie. Appliquez généreusement et sans attendre à l'aide d'un pinceau. Laissez figer dans un endroit bien frais.

        Décorez de quelques sujets découpés à l'emporte-pièce dans de la pâte d'amandes.

        Mettez la bûche au frais quelques heures, mais pensez à la sortir une demi-heure avant de servir.

        Vous pouvez aussi la préparer la veille, mais alors recouvrez-la de film alimentaire avant de la mettre au frais afin qu'elle ne dessèche pas.

        Bonne dégustation!

        Escalopes de foie gras poêlé, tatin de figues au 4-épices et caramel de Maury

        Voici une recette qui date de novembre dernier. Oui, j'ai pris beaucoup de retard, et la saison des figues et du foie gras est déjà loin derrière nous, mais bon... ce sera pour l'automne prochain:-)

        Le Maury est un vin doux naturel (semblable au Banyuls) pour lequel j'ai eu un réel coup de foudre voici deux ans; il est produit dans et aux alentours du petit village du même nom, dans les Pyrénées Orientales, au pied de la forteresse cathare de Queribus.
        Dans cette recette, il peut être remplacé par du Banyuls, voire même par du Porto rouge, si vous n'avez ni l'un ni l'autre à la maison.

        Ingrédients
        (pour 4 personnes / 4 tartelettes d'environ 10 cm de diamètre):
        • 4 escalopes de foie gras cru
        • un disque de pâte feuilletée prête à l'emploi
        • +/- 300 gr de figues fraîches (environ 6) bien mûres
        • 60 gr de sucre
        • 6 cl de Maury
        • 1 pincée de 4 épices

        Préchauffez le four à 200°.

        Essuyez bien les figues, ôtez le pédoncule et coupez-les en tranches.

        Dans une petite casserole, faites chauffer le Maury avec le sucre; portez à ébullition et laissez réduire sur feu doux jusqu'à obtenir une consistance très sirupeuse. Versez rapidement ce caramel dans les moules à tartelettes (une bonne cuillère à soupe par tartelette); surtout, étalez-le avant qu'il ne solidifie!

        Garnissez avec les tranches de figues. Déposez la pâte feuilletée sur le dessus (de diamètre un peu plus grand que la taille du moule) et faites bien rentrer les bords contre la paroi. Piquez la pâte au centre afin de permettre l'évacuation de la vapeur pendant la cuisson.

        Enfournez 20 min. Démoulez dès la sortie du four, d'un coup sec sur une grille.

        Servez avec les escalopes de foie gras poêlées (1 à 2 minutes par face dans une poêle anti-adhésive bien chaude).

        Bonne dégustation!


        Je profite de ce post pour partager avec vous ma première expérience de terrine de foie gras: j'ai repris la recette de foie gras truffé de Catherine Quévremont, moins la truffe. Conclusion: délicieux, mais un conseil: divisez la quantité de sel prescrite par deux.


         



        mercredi 9 février 2011

        Cupcakes au citron

        Henry David Thoreau, philosophe américain du XIXème, a écrit : « Chaque génération se moque des vielles modes, mais suit religieusement les nouvelles. » (Walden ; or, Life in the Woods. 1854)

        Les années 80 (l’âge d’or pour la toute récente quadra que je suis) et les différents styles vestimentaires et capillaires qui les ont rythmés sont une source de bruyante hilarité sans cesse renouvelée pour mes deux filles, (pré-)ados branchées (pardon, fashion, comme il est de bon ton de dire maintenant) des années 2010. Cela dit, quand on revoit certains clips vidéo de l’époque, on ne peut décemment pas leur en vouloir…

        N’empêche que c’est avec une certaine tendresse que je repense à ce qu’étaient les must have de MON adolescence : la longue jupe munie d’une patte destinée à en relever un pan au dessus du genou (1984-85), le pull chauve-souris (1985-86), le sac « Paquetage » modèle trapèze (1987-88 ; et dans mon école, le petit était plus in que le grand, même si on ne pouvait pas mettre grand-chose dedans et qu’il fallait se coltiner les classeurs sous le bras… Mais allez demander à un ado de faire preuve d’un peu de bon sens ;-)

        Et il faut croire que certains de ces articles étaient des valeurs sûres, à en juger par leur récent comeback retentissant. Par exemple, ma grande fille ne veut plus que des slims pour pantalons. Et qu’est-ce que le slim sinon la version 2010 du fameux jeans « tuyau de poêle » qui a marqué les années 80 et même conduit certains adultes à craindre pour la fécondité future de la fraction mâle de la jeune génération ? (Si si, j’ai lu ça quelque part !)

        Par ailleurs, il est amusant de se demander ce que penseront les ados des années 2030 de la mode « C’est clair » - mouvement de mèche façon Justin Bieber, très prisée par les jeunes d’aujourd’hui – au point qu’on peut même voir le dit-mouvement exécuté par des gamins coiffés façon GI, avec la brosse règlementaire de 8 mm (véridique !)

        Je vous propose aujourd’hui une version d’un petit gâteau très à la mode pour le moment, lui aussi : le cupcake.

        Ingrédients (pour 12 cupcakes):
        • 100 gr de farine fermentante
        • 100 gr de sucre en poudre
        • 50 gr de beurre doux
        • 2 oeufs
        • 1 c. à s. de zeste de citron non-traité râpé finement
        • 2 c. à s. d'eau de fleur d'oranger
        • 3 c. à s. de lait

        Glaçage:
        • 200 gr de sucre en poudre
        • 3 c. à s. de jus de citron

        Déco: zeste de citron non-traité rapé finement et passé dans le sucre en poudre


        Préchauffez le four à 200° et garnissez un moule à muffins de caissettes en papier.

        Dans un saladier, mélangez le beurre fondu, le sucre, les oeufs, la farine et le zeste de citron à l'aide d'un fouet électrique. Ajoutez l'eau de fleur d'oranger et le lait.

        Répartissez la pâte dans les caissettes et faites cuire 15 à 20 minutes. Laissez refroidir sur une grille.

        Mélangez le sucre en poudre tamisé et le jus de citron. Remuez jusqu'à ce que le mélange soit bien homogène.

        Versez une petite quantité de glaçage sur les cupcakes et lissez avec le dos d'une petite cuilère. Décorez avec le zeste de citron et laissez prendre.

        Bonne dégustation!

        Le gâteau "ménage" de Gaby

        Au grand désespoir de mes filles (qui n’aiment pas ça), je suis une grande fan de gâteaux, gaufres et viennoiseries aux raisins secs.

        Après les gaufres aux raisins, les crêpes aux raisins, et les bonshommes aux raisins, je vous livre la recette du gâteau aux raisins de ma grand-mère, qu’elle appelait « gâteau ménage ». Cette recette est assez proche de celle du gâteau de Verviers, fleuron de la boulangerie wallonne, mais qui, lui, ne contient pas de raisins.


        Ingrédients:
        • 500 gr de farine
        • 300 gr de raisins secs
        • 250 gr de margarine
        • 250 gr de sucre perlé
        • 250 ml de lait
        • 5 oeufs
        • 2 sachets (10 gr) de sucre vanillé
        • 50 gr de levure fraîche

        Versez la farine dans un grand plat creux et formez un puits.

        Dans ce puits, versez le lait tiédi dans lequel vous aurez préalablement délayé la levure, la margarine fondue, les jaunes d'oeufs, les raisins, et le sucre vanillé. Mélangez, puis incorporez les blancs d'oeufs battus en neige ferme.

        Laissez lever la pâte pendant une heure, puis ajoutez le sucre perlé.

        Préchauffez le four à 180°. Quand le four est bien chaud, enfournez le gâteau et laissez cuire environ 40 minutes. Attention: n'ouvrez pas le four pendant la cuisson!

        Démoulez immédiatement et laissez refroidir sur une grille, puis savourez au retour d'une balade dans la campagne gelée, avec une bonne tasse de chocolat chaud maison.

        Bonne dégustation!

        lundi 24 janvier 2011

        Mini-"vautes" rhum-raisins


        Un souvenir d'enfance revisité: quand j'étais petite fille, les "vautes" de ma grand-mère constituaient le plat de résistance d'un repas annuel (généralement en février) auquel était conviée toute la famille. Elles étaient invariablement précédées d'un potage rustique, un bouillon de volaille riche en légumes et vermicelles, que ma soeur et moi avions fort justement baptisé "la soupe à gros morceaux" (parce qu'elle n'était pas mixée), et qui, à mon grand regret, contenait souvent des fèves...

        Les vautes (ou "vôtes", régionalisme signifiant plus ou moins "crêpe épaisse") telles qu'on les conçoit dans ma Hesbaye natale font entre 25 et 30 cm de diamètre et résultent de la cuisson à la poêle d'une pâte levée dont la recette figure ci-dessous. Elles se consomment chaudes, tièdes ou froides, en goûter, en-cas ou dessert (en plus petites portions, alors), avec ou sans sucre, confiture, sirop de Liège, ... L'ajout de raisins secs réhydratés au rhum est facultatif.

        Il ne faut surtout pas les confondre avec les "bouquètes" liégeoises, qui, pour bénéficier de l'AOC, doivent impérativement être réalisées avec de la farine de sarrasin.

        A ce sujet, je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager Li bouquète èmacralèye, de Georges Ista (1874 - 1939), un poète de chez nous. Pour ceux qui ne connaissent pas cette langue savoureuse qu'est le wallon liégeois, le poème est suivi de sa traduction en français.

        Ingrédients (pour 4 personnes):

        • 330 gr de farine
        • 350 ml de lait
        • 25 gr de levure fraîche
        • 1 c. à s. de sucre
        • 1 oeuf
        • 1 biscotte
        • 2 poignées de raisins secs
        • 2 c. à s. de rhum brun

        Faites tremper les raisins dans le rhum allongé avec un peu d'eau.

        Dans un plat, mélangez la farine et le sucre, et formez un puits.

        Ajoutez l'oeuf, la biscotte écrasée dans la moitié du lait, et la levure délayée dans l'autre moitié du lait tiédi. Mélangez jusqu'à ce que la pâte soit relativement lisse.

        Laissez monter une petite heure à proximité d'une source de chaleur.

        Ajoutez les raisins égouttés, puis cuisez dans uns poêle bien chaude.

        Bonne dégustation!

        mercredi 19 janvier 2011

        Sauce Chut-c'est-un-secret

        La question du jour: quel est le Graal du fast food? La pierre philosophale de la malbouffe, qui déclenchera à coup sûr les "Maman, c'est toi la meilleure!"? La recette que beaucoup voudraient posséder mais qui est plus secrète encore que la formule du Coca-Cola et l'identité de l'assassin de Kennedy réunies?

        La recette de la fameuse sauce d'un célèbre burger (cf. photo floutée ci-dessus), bien sûr!

        Etant donné qu'il est impossible de l'obtenir en toute légalité (même en demandant très gentiment et en promettant que c'est pour sa consommation individuelle - familiale, à la limite - et pas du tout pour en tirer quelque profit que ce soit), et que je ne connais personne travaillant dans le Saint des Saints que je pourrais soudoyer, je tente depuis un certain temps, essai après essai (et erreur), de la copier (bouh le vilain mot!).

        Je ne suis pas partie de rien: comme autant de Grands Schtroumpfs dans leurs laboratoires, d'autres avaient entamé les recherches avant moi, et il y a quelques mois j'ai pu bénéficier des résultats d'Erika de la boulangerie (que je remercie), dont je me suis servie comme point de départ.

        Je n'ai pas conservé sa recette telle quelle car elle contenait de la sauce andalouse, dont le goût prononcé masquait un peu trop le reste à mon goût. Je l'ai remplacée par la même quantité de sauce cocktail, plus douce et moins typée.

        Le goût était plus que satisfaisant; restait à régler le problème de la consistance. En effet, l'oignon frais mixé et les câpres, mêmes égouttées, rendaient trop de jus, et au final la sauce était trop liquide. C'est là que j'ai eu l'idée d'utiliser l'oignon émincé Ducros® (saveur préservée sous vide); plus de problème de jus, et, à condition de préparer la sauce quelques heures à l'avance (ce qui est recommandé de toutes façons, pour permettre la fusion des saveurs), l'oignon se réhydrate, absorbant ce faisant le peu de liquide que les câpres mixées ont produit. 

        Conclusion? Nous aussi, c'est le goût;-)

        Ingrédients (pour environ 20 cl de sauce):
        • 2 bonnes c. à s. de mayonnaise
        • 1 c. à s. de sauce cocktail
        • 1 c. à s. de câpres égouttées
        • 3 c. à c. de ketchup
        • 1/2 pot (soit 4 gr) d'oignon émincé Ducros® (saveur préservée sous vide)

        Versez tous les ingrédients dans le bol du blender, puis mixez jusqu'à l'obtention d'une sauce plus ou moins homogène.

        Versez dans un ravier et mettez au moins trois heures au frigo.

        Bonne dégustation!

          mercredi 12 janvier 2011

          Ravioles poulet-potiron sauce gorgonzola et noix

          Nouvelle année et, comme d'habitude (et comme tout le monde, j'imagine), bonnes résolutions.

          Cette année, celle de mes 40 ans (bon sang, mais pourquoi, quand je dis ça, ai-je l'impression de parler de quelqu'un d'autre?;-), j'ai décidé de ne plus laisser mon travail envahir toutes les autres sphères de ma vie, et de prendre un minimum de temps pour moi ("Ben il était temps!" - j'ai entendu, hein...). Il était temps, en effet.

          Sport? Certainement pas. Allergie totale. J'ai beaucoup de respect pour ceux qui s'y adonnent avec passion et frénésie, mais à présent, je me connais suffisamment pour savoir que la cause est entendue et bel et bien perdue en ce qui me concerne (que celle qui n'a jamais pris, dans un moment d'égarement diététique, un abonnement à l'année à l'aquagym pour laisser tomber lamentablement six semaines plus tard parce que l'eau est décidément trop humide (surtout en hiver) me jette le premier haltère).

          Non, je vais plutôt tâcher d'alimenter ce blog plus souvent que je ne l'ai fait ces derniers mois, ce qui signifie passer plus de temps dans ma cuisine, et, je l'espère, me remettre à l'écriture, dont j'ai un peu perdu le goût (par manque d'énergie) ces derniers temps, à mon grand regret.

          Pour commencer l'année, je vous propose une recette de ravioles d'automne (en retard, je sais; cf. ci-dessus). 

          Ingrédients (pour 4 personnes):

          Pour la pâte:
          • 200 gr de farine
          • 2 oeufs
          • 1 c. à c. de sel
          • 2 c. à s. d'huile d'olive
          Pour la farce:
          • +/- 400 gr de blancs de poulet cuits
          • +/- 400 gr de chair de potiron
          • 1 petit oignon
          • 1 c. à c. de coriandre fraîche ciselée
          • 1 c. à c. de sauge en poudre
          • sel, poivre, piment d'Espelette
          Pour la sauce:
          • 250 ml de crème fraîche
          • 50 gr de gorgonzola
          • 50 gr de parmesan frais râpé
          • 50 gr de cerneaux de noix
          • sel, poivre, noix de muscade
          Pour la garniture:
          • quelques cerneaux de noix grossièrement broyés
          • tuiles de coppa au parmesan (en option)

          Faites frire l'oignon dans un peu d'huile d'olive. Ajoutez le potiron détaillé en petits dés. Salez et poivrez.

          Lorsque le potiron est cuit, passez-le au mixer avec les blancs de poulet grossièrement hachés. Ajoutez la coriandre, la sauge, et du piment d'Espelette selon votre goût. Réservez.

          Dans un grand bol, mélangez la farine et le sel. Faites un puits au centre, ajoutez les oeufs et l'huile, et mélangez.

          Travaillez la pâte pendant 5 minutes sur votre plan de travail légèrement fariné, puis abaissez-la au rouleau à pâtisserie (hauteur: environ 2 mm).

          A l'aide d'un verre ou d'un bol d'environ 10 cm de diamètre, découpez des disques (que vous plierez de façon à former des demis-lunes) dans la pâte.

          Farcissez les ravioles de la préparation poulet-potiron. Soudez bien les bords à l'aide des dents d'une fourchette.

          La sauce: dans un poêlon, faites fondre à feu doux le gorgonzola et le parmesan dans la crème fraîche. Ajoutez les noix grossièrement broyées, ainsi qu'une pincée de noix de muscade. Salez et poivrez.

          Pendant ce temps, faites cuire les raviolis 3 à 4 minutes dans un grand volume d'eau salée. Egouttez, nappez de sauce, parsemez de quelques brisures de noix et servez sans attendre.

          Bon appétit!