jeudi 1 septembre 2011

Choux au café

Ma grande fille, choquée: "Maman, aujourd'hui [la copine sévèrement jugée] elle avait une jupe SU-PER courte!"

Moi :  "M'enfin, Anne-Cécile, c'est la mode! Et ce n'est pas à 40 ans qu'elle va porter ce genre de chose! Evidemment, toi, si on te laissait faire, tu irais à l'école en burqua..."

Ma fille cadette, solidaire de sa soeur: "Ben quoi? C'est la mode aussi!" (Encore un bon mot né d'un malentendu: elle faisait référence aux full body suits, très tendances dans certains milieux branchés, à en croire la presse...)

Les parents d'ados tout juste éclos se retrouvent du jour au lendemain avec des tas de problèmes à gérer qui ne se posaient pas la veille... et le rapport au corps n'est pas le plus simple. D'autant plus que les idées qu'ils se mettent en tête n'ont bien souvent aucune base rationnelle (genre ma grande fille, 35 kgs pour 1,45m, qui trouve qu'elle a de grosses cuisses et ne veut donc pas porter de mini-jupe...).

Mais ce n'est pas ce qui crée le plus de tensions. Et c'est là qu'on voit que Papa et Maman ne "déclenchent" pas pour les mêmes raisons.

L'Homme est particulièrement allergique aux sautes d'humeur: cris, ruptures théâtrales du dialogue, portes qui claquent, mines boudeuses, les "Oh, ça va!" ou "Oh, c'est bon, maintenant!" et autres expressions du même tonneau.

Personnellement, j'ai un mal fou avec la mauvaise foi: les "J'avais pas vu" (le lave-vaisselle qui ne demandait qu'à être vidé pour accueillir la vaisselle sale accumulée dans l'évier), les "J'avais pas entendu" (Maman, occupée à préparer le repas, en train de s'époumoner depuis la cuisine pour qu'une bonne volonté vienne changer le sac poubelle qui déborde), les "C'est pas moi" (qui ai terminé le saucisson alors que j'étais le seul être vivant présent dans la maison qui soit doté d'un pouce opposable et donc capable d'ouvrir le frigo), ... , autant de petites phrases qui mettent ma patience à rude épreuve.

Ils nous épuisent parfois, mais qu'est-ce qu'on les aime, ces petits choux:-)

Ingrédients:

Pâte à choux:
  • 100 gr de beurre
  • 125 gr de farine
  • 4 oeufs
  • 1 c. à c. de sucre en poudre
  • 1 pincée de sel
Garniture:
  • 50 cl de crème fraîche montée en chantilly, sucrée et aromatisée au café très fort selon le goût
  • Sucre impalpable
Sauce au chocolat:
  • 125 gr de chocolat noir
  • 30 gr de beurre

Dans une casserole, faites chauffer 1/4 l d'eau avec le sucre, le sel, et le beurre en morceaux. Dès que celui-ci est fondu, retirez la casserole du feu. Jetez-y la farine d'un seul coup. Mélangez. Reportez su le feu. Remuez énergiquement avec une cuiller en bois, jusqu'à ce que la pâte n'adhère plus ni à la cuiller, ni à la casserole. Hors du feu, ajoutez les oeufs un à un, en battant vigoureusement.

Allumez le bas du four. Beurrez une tôle à pâtisserie. Disposez dessus des petites noix de pâte, en les espaçant pour leur permettre de gonfler. Faites cuire à four moyen (thermostat 5/6) de 20 à 25 minutes. Sortez les choux du four lorsqu'ils sont assez durs pour résister à la pression du doigt.

Lorsqu'ils sont refroidis, découpez un couvercle et farcissez-les de chantilly aromatisée. Mettez le chocolat en morceaux à fondre avec 30 gr de beurre et 2 c. à s. d'eau dans une petite casserole à feu doux (ou au bain marie). Remuez avec une cuiller en bois pour obtenir une crème lisse.

Versez la sauce au chocolat sur les choux, et servez sans attendre (si on attend, c'est bon aussi, mais les choux ont perdu leur croquant).

Bonne dégustation!

Source: Françoise Bernard, Les recettes faciles.