lundi 28 décembre 2009

Velouté aux champignons et foie gras poêlé

Encore un potage tiré du supplément Top Santé de décembre (Chic, de la SOUPE!), mais là je n'ai (pratiquement) pas changé une virgule. C'est parfait comme ça:-)









Ingrédients
(pour 4 personnes):

  • 750 gr de champignons de Paris
  • 1 oignon
  • 1 blanc de poireau
  • 15 cl de crème fraîche
  • 100 gr d'éclats de foie gras cru
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • sel, poivre
  • un peu de persil frais pour la déco

Nettoyez les champignons, recoupez les pieds puis détaillez-les en quartiers.

Pelez et émincez l'oignon. Nettoyez le blanc de poireau et émincez-le finement. Chauffez l'huile dans une cocotte et faites revenir le tout pendnat 5 minutes. Salez, poivrez, versez 750 ml d'eau puis faites cuire 30 minutes. Mixez puis ajoutez la crème.

Saisissez les éclats de foie gras 1 à 2 minutes dans une poêle anti-adhésive puis égouttez-les soigneusement.

Servez dans des assiettes creuses ou des cassolettes individuelles. Répartissez les éclats de foie gras et décorez d'un peu de persil frais haché.

Bon appétit!

Semifreddo praliné, sauce chaude au chocolat

Archi-simple et rapide à confectionner, affreusement calorique, et une fois de plus honteusement pompé de Télémoustique...

...mais tellement délicieux!















Ingrédients
(pour 8 personnes):

  • 1 sachet de pralin Vahiné (ou 100 gr de brésilienne)
  • 35 cl + 25 cl de crème fraîche
  • 1 oeuf à température ambiante
  • 2 c. à s. d' Amaretto
  • 35 gr de sucre impalpable
  • 200 gr de chocolat fondant
  • groseilles ou framboises pour la déco

Séparez le blanc du jaune d'oeuf. Fouettez ce dernier dans un grand saladier avec une bonne cuiller à soupe de sucre impalpable, jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez l'Amaretto.

Montez le blanc en neige bien ferme, puis ajoutez-lui petit à petit le sucre restant, toujours en fouettant, pour obtenir une meringue ferme et brillante. Versez-la dans le saladier avec le jaune d'oeuf, ajoutez le pralin et mélangez.

Montez 35 cl de crème fraîche en chantilly et incorporez-la délicatement dans la préparation aux oeufs.

Répartissez dans des moules (moules à muffins en silicone ou ramequins chemisés) et faites prendre quelques heures au congélateur.

Au moment de servir, démoulez les semifreddo, déposez-les sur des assiettes et laissez-les quelques minutes à température ambiante, le temps de préparer la sauce: portez 20 cl de crème fraîche à ébullition dans un poêlon, retirez du feu, ajoutez le chocolat en morceaux et laissez reposer une minute. Mélangez doucement au fouet jusqu'à ce que la sauce soit bien homogène.

Nappez les semifreddo de sauce, décorez de groseilles ou de framboises et servez aussitôt.

Bon appétit!

Crème de vitelottes au céleri et lardons

Les vitelottes, ces pommes de terres à chair violette (extérieurement tout à fait semblables à des "cwènes di gates" mais en noir) sont relativement faciles à trouver au moment des fêtes. C'est l'occasion de mettre une peu de couleur dans les cassolettes (d'autant plus que le mauve est à la mode cette année:-), et de mettre vos invités au défi de trouver quel est l'ingrédient principal de ce potage ("C'est du chou rouge!" "Meuuuh non, c'est de la betterave!").

J'ai trouvé la recette de base dans le supplément Top Santé de décembre (Chic, de la SOUPE!), mais j'y ai mis mon grain de sel, car je craignais qu'un potage composé uniquement de pommes de terre ne soit un peu fade.

Ingrédients (pour 4 personnes):

  • 300 gr de vitelottes
  • 300 gr de céleri rave
  • 100 gr de lardons allumettes fumés
  • 10 cl + 4 c. à s. de crème fraîche
  • 2 feuilles de laurier
  • sel, poivre rose

Epluchez les vitelottes et le céleri rave, coupez-les en petits morceaux et mettez-les dans une casserole avec le laurier. Couvrez d'eau et faites cuire 20-25 minutes.

Faites griller les lardons dans une poêle anti-adhésive et réservez au chaud.

Otez le laurier de la casserole et mixez les légumes. Ajoutez de l'eau si nécessaire (selon la consistance souhaitée), et les 10 cl de crème.

Servez dans des assiettes creuses ou des cassolettes individuelles. Ajoutez une bonne cuiller à soupe de lardons grillés, décorez d'un trait de crème et parsemez de poivre rose préalablement écrasé au mortier.

Bon appétit!

Pavé de Bruxelles revisité - crème au beurre chocolat et biscuits à la noix de coco

Le gâteau des 11 ans de ma grande fille: une adaptation de ce qui fût sans doute ma toute première expérience culinaire: un atelier pâtisserie à l'école maternelle, au cours duquel notre institutrice nous initia au secret de la confection du Pavé de Bruxelles (petits beurres et crème moka).

Mes souvenirs de l'épisode se résument à peu de choses, mais quand j'y repense, cela tenait sans doute davantage de l'atelier maçonnerie que de l'atelier pâtisserie; en effet, je doute fort que Madame Monique ait laissé une bande de gnômes déchaînés jouer avec du beurre mou, des jaunes d'oeufs et du sucre en poudre... Nous avons donc sans doute juste été invités à alterner couches de biscuits et couches de crème (prudemment préparée au préalable, à l'abri de potentiels débordements d'enthousiasme enfantin).

Néanmoins, il s'agit là d'une autre de mes madeleines de Proust, et j'y reviens de temps en temps avec un bonheur qui, lui, n'a pas pris une ride.

Ingrédients (pour 8 personnes):

  • 40 biscuits Rachel® (sortes de petits beurres à la noix de coco)
  • 125 gr de beurre non salé
  • 125 gr de sucre impalpable
  • 1 jaune d'oeuf
  • 50 gr de chocolat fondant
  • 1 bol de lait

Placez le beurre dans un endroit tempéré quelques heures avant l'emploi afin de pouvoir le travailler aisément. Ensuite, travaillez-le jusqu'à ce qu'il soit onctueux.

Tamisez le sucre impalpable afin qu'il n'y ait pas de grumeaux dans la crème. Faites fondre le chocolat au bain-marie.

Incorporez le chocolat fondu puis le sucre petit à petit dans la crème. Ajoutez le jaune d'oeuf.

Attention :


  1. Incorporez le chocolat petit à petit (cuiller à café par cuiller à café); trop de liquide à la fois risque de faire tourner la crème!
  2. Une crème un peu trop molle peut être placée au frais afin qu'elle raffermisse, mais il faut éviter qu'elle ne durcisse car elle risque de tourner quand on la retravaillera.
Alternez les couches de biscuits (rapidement trempés dans le lait) et les couches de crème. Terminez par une couche de crème. Garnissez le pourtour du gâteau avec, par example, des boudoirs, que vous maintenez en place avec un peu de crème.

Garnissez selon votre inspiration (ici: amandes effilées, perles de sucre argentées et bouchées Raffaello®).

Bonne dégustation!

dimanche 29 novembre 2009

Lasagne aux épinards et pignons de pin grillés

"When the lasagna content in my blood gets low, I get mean." Garfield











Ingrédients
(pour 6 personnes):

  • +/- 1kg d'épinard frais
  • 500 gr de ricotta
  • 10 tr de jambon cuit
  • 200 gr de parmesan frais râpé
  • 200 gr de pignons de pin
  • 2 oignons
  • 2 jaunes d'oeuf
  • 25 cl de crème fraîche
  • 25 cl de lait
  • 2 c. à s. de farine
  • beurre
  • sel, poivre, noix de muscade

Faites cuire les lasagnes dans une grande quantité d'eau salée en respectant le temps de cuisson indiqué sur le paquet et en remuant de temps en temps.

Egouttez-les puis étalez-les sur un torchon propre et humide; couvrez-les avec un autre torchon humide afin qu'elles ne dessèchent pas.

Plongez les épinards environ 5 minutes dans de l'eau bouillante salée. Egouttez-les soigneusement et hachez-les.

Epluchez et hachez les oignons. Faites-les revenir dans 20 gr de beurre; ajoutez les épinards et faites cuire à feu très doux pendant 15 minutes. Salez et poivrez.

A l'aide d'une fourchette, mélangez la ricotta, les jaunes d'oeufs, la moitié du parmesan, sel, poivre et noix de muscade. Ajoutez les épinards; si le mélange est trop dense, allongez d'un peu de crème fraîche.

Préparez une sauce béchamel: faites fondre 50 gr de beurre, ajoutez la farine et mélangez afin de bien l'incorporer. Versez le lait graduellement pour éviter la formation de grumeaux. Ajoutez la crème et portez à léger frémissement. Laissez mijoter quelques minutes à feu très doux en remuant constamment. Salez, et ajoutez une pincée de muscade.

Faites sauter les pignons de pin à feu vif dans une poêle anti-adhésive.

Préchauffez le four à 200°.

Beurrez un plat à four rectangulaire. Etalez une couche de lasagnes, une couche de ricotta aux épinards, parsemez de pignons de pin grillés et de parmesan et recouvrez le tout de jambon cuit. Renouvelez l'opération deux fois. Terminez avec la béchamel.

Enfournez et faites cuire 30 minutes environ, jusqu'à ce que le dessus soit légèrement gratiné.

Bon appétit!

Gratin de macaroni aux scampis, courgettes et Boursin Cuisine®

Une énième recette à base de courgettes... Simple, goûteuse et légère; que demander de plus?










Ingrédients
(pour 6 personnes - 9 Flexipoints® la portion):

  • 375 gr de macaroni coupés
  • 500 gr de scampis cuits et décortiqués
  • 3 courgettes de taille moyenne
  • 1 Boursin Cuisine® aïl et fines herbes light
  • 25 cl de crème fraîche la plus allégée possible
  • 2 échalotes
  • 2 gousses d'aïl
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • 50 gr de parmesan frais râpé
  • sel, poivre

Faites cuire les macaroni dans un grand volume d'eau salée. Egouttez et réservez.

Préchauffez le four à 180°.

Faites frire l'aïl et l'échalote finement émincés dans l'huile d'olive. Ajoutez les courgettes détaillées en cubes et laissez cuire le tout jusqu'à ce que les courgettes soient un peu tendres.

Ajoutez ensuite le boursin et la crème; mélangez bien. Ajoutez les scampis, puis les macaroni. Rectifiez l'assaisonnement.

Répartissez la préparation dans un plat allant au four et saupoudrez de parmesan frais râpé. Enfournez 15 minutes; le fromage doit être bien doré.

Bon appétit!

samedi 17 octobre 2009

Muffins aux poires et noix de pécan grillées

Poires, fruits secs et épices: un muffin d'automne.












Ingrédients
(pour une vingtaine de muffins moyens):

  • 300 gr de farine fermentante
  • 150 gr de farine ordinaire
  • 1 c. à c. de cannelle en poudre
  • 1/2 c. à c. de noix de muscade en poudre
  • 115 gr de cassonade
  • 400 de poires épluchées et détaillées en petits cubes
  • 100 gr de noix de pécan grillées et hachées
  • 2 oeufs
  • 375 ml de lait
  • 1 c. à c. d'extrait ou d'essence de vanille
  • 125 gr de beurre fondu

Pour la déco:

  • 20 noix de pécan entières
  • sucre glace

Préchauffez le four à 200°.

Tamisez les farines, la cannelle et la noix de muscade dans un grand saladier. Incorporez le sucre, les poires et les noix de pécan grillées et hachées.

Fouettez ensemble les oeufs, le lait et la vanille et ajoutez aux ingrédients secs. Incorporez le beurre et mélangez avec un cuiller métallique. Ne travaillez pas trop la pâte, elle doit être grumeleuse.

Graissez une plaque à muffins et emplissez de pâte chaque creux aux 3/4. Placez une noix de pécan sur le dessus de chaque muffin en appuyant légèrement.

Enfournez et laissez cuire environ 15 minutes ou bien jusqu'à ce qu'un bâton à brochette plongé au coeur d'un muffin en ressorte sec.

Laissez reposer 5 minutes avant de démouler, puis mettez à refroidir sur une grille.

Saupoudrez de sucre glace avant de servir.

Bon appétit!

jeudi 15 octobre 2009

Champignons farcis en croûte aux herbes

Je suis une très grande fan de croûtes aux herbes et autres crumbles salés. J'encroûte tout ce qui peut l'être: la viande (surtout le carré d'agneau, mmmmm, trop bon!), le poisson, les tartes aux légumes, ...

Ci-dessous une version exclusivement persillée, afin de ne pas tuer les délicates saveurs que la croûte recouvre. J'ai bien songé à appeler ça "champignons farcis en croûte à l'herbe" (vu qu'il n'y en a qu'une), mais je me suis dit qu'en fin de compte, ça risquait peut-être de prêter à confusion;-)

Ingrédients (pour 6 personnes):

Pour les champignons farcis:

  • 500 gr de champignons de Paris, calibre moyen
  • 500 gr de haché d'agneau nature
  • 500 gr d'épinards cuits et égouttés
  • 1 oeuf
  • 1 petit oignon
  • 1 gousse d'aïl
  • 2 c. à s. de chapelure
  • sel, poivre, noix de muscade râpée

Pour la croûte:

  • 1 botte de persil frais
  • 50 gr de pignons de pin
  • 3 c. à s. de chapelure
  • 1 c. à s. de moutarde douce
  • huile d'olive

Préchauffez le four à 200°.

Brossez soigneusement les champignons et ôtez-leur le pied. Rangez-les dans un plat à gratin.

Dans un plat profond, mélangez la viande, les épinards, l'oeuf battu en omelette, les 2 c. à s. de chapelure, l'aïl et l'oignon finement émincés, une pincée de noix de muscade, sel et poivre. Farcissez les champignons à l'aide de ce mélange.

Passez le persil au hachoir avec les pignons de pin. Ajoutez la chapelure et la moutarde. Si le mélange est trop sec, humidifiez un peu à l'huile d'olive; il faut qu'il adhère bien aux champignons.

Recouvrez chaque champignon farci d'une bonne cuiller à soupe de croûte aux herbes; enfournez et laissez cuire une bonne vingtaine de minutes.

A déguster avec un vin blanc de caractère (un Faugères ou un Bourgogne).

Bon appétit!

mercredi 7 octobre 2009

Orecchiette et saucisses "puttanesca"

Le dîner du jour...

OK, la photo n'est pas terrible... mais c'est vraiment délicieux!

Je me suis toujours demandé quelle était l'origine de cette sauce à l'appellation plutôt... particulière. Il semble y avoir plusieurs explications, mais celle qui est, selon moi, la plus vraisemblable, est la suivante: la recette serait née au début des années 50, lorsqu'un restaurateur italien du nom de Sandro Petti aurait préparé un repas sur le pouce pour une bande de copains affamés.

C'était en fin de soirée, Petti était pratiquement à court d'ingrédients, et aurait dit à ses copains qu'il n'était pas en mesure de leur préparer un repas digne de ce nom. Ces derniers auraient alors lourdement insisté, lui répondant: "Facci una puttanata qualsiasi" ("Prépare-nous une crasse ou l'autre", en bon liégeois). Le plat ainsi improvisé aurait ensuite figuré au nombre des spécialités de la maison sous l'appellation Spaghetti alla puttanesca.

Ma connaissance de l'italien est extrêmement limitée - pour ne pas dire nulle - mais il semble que, bien que le substantif puttanata dérive effectivement d'un autre substantif signifiant "prostituée", il ait ici le sens de "déchet, chose qui n'a aucune valeur". Il s'agirait en quelque sorte d'un plat confectionné avec des fonds de placard/de réfrigérateur... Ce n'est pas sans me rappeler les oeufs "à la va-comme-je-te-pousse" de mon paternel (brouillés avec les tomates qui traînent dans le frigo depuis deux semaines et un oignon prêt à se barrer tout seul de la réserve)...

Il existe quelques (légères) variantes de la recette de base, mais l'esprit est invariablement le même: il s'agit toujours d'une sauce aux ingrédients typiquement méditérranéens, bon marché et faciles à trouver, assez salée (anchois), relativement épicée (piments) et très parfumée (olives, aïl).

Dans la variante du jour, j'ai - volontairement - omis les capres.

Ingrédients (pour 4 personnes):

  • 500 gr de saucisse italienne
  • 700 gr de passata (purée) de tomates
  • 125 gr d'olives noires dénoyautées
  • 1 petite boîte de filets d'anchois à l'huile d'olive
  • 1 gros oignon
  • 3 gousses d'aïl
  • 1 verre de vin rouge
  • huile d'olive
  • sel, poivre, piment (doux ou fort, selon le goût)
  • 500 gr d'orecchiette
  • parmesan frais râpé

Faites chauffer une grande quantité d'eau salée pour les pâtes.

Détaillez la saucisse en tronçons de 2-3 centimètres et faites-les griller à sec dans une poêle anti-adhésive. Retirez de la poêle et réservez au chaud.

Versez deux cuillères à soupe d'huile d'olive dans la poêle, ajoutez l'oignon et l'aïl finement émincés ainsi que les filets d'achois égouttés et coupés en morceaux, et laissez fristouiller jusqu'à ce que les anchois se défassent (attention: ne laissez pas brunir l'aïl et l'oignon).

Déglacez avec le verre de vin rouge; laissez cuire à gros bouillons jusqu'à ce que l'alcool du vin soit évaporé, puis baissez le feu et ajoutez les olives coupées en rondelles.

Réintégrez les saucisses; salez, poivrez et pimentez selon le goût. Laissez mijoter à feu doux le temps nécessaire à la cuisson des pâtes (soit entre 10 et 15 minutes selon la marque).

Servez bien chaud, saupoudré de parmesan frais râpé.

Bon appétit!

dimanche 13 septembre 2009

Crème de courgette au parmesan

A servir chaude ou glacée, accompagnée (par exemple) de chips de coppa grillée au parmesan et d'un peu de crème de vinaigre balsamique.










Ingrédients
(pour 4 personnes):

  • 800 gr de courgettes
  • 2 échalotes
  • 20 gr de beurre
  • 2 c. à s. de Boursin Cuisine® aïl et fines herbes
  • 20 gr de parmesan frais râpé
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • quelques brins de ciboulette fraîche
  • sel, poivre

Emincez grossièrement les échalotes et faites-les revenir dans le beurre bien chaud.

Détaillez les courgettes épluchées en petits dés. Ajoutez-les aux échalotes.

Emiettez le cube de bouillon de volaille au dessus de la préparation, ajoutez la ciboulette préalablement ciselée et mouillez le tout avec 50 cl d'eau. Mélangez et laissez cuire 15 minutes.

Retirez du feu, ajoutez les fromages, et mélangez à l'aide d'une cuiller en bois jusqu'à ce que ces derniers soient bien fondus.

Mixez, salez, et poivrez.

Suggestion déco: deux ou trois brins de ciboulette fraîche ou quelques copeaux de parmesan.

Bon appétit!

samedi 29 août 2009

Cookies aux pépites de chocolat

En cette veille de rentrée scolaire, un idée pour le goûter: une recette rapide, très simple, et qui plaira à tous, petits et grands.










Ingrédients
(pour une quinzaine de biscuits):

  • 225 gr de farine
  • 150 gr de sucre, blanc ou brun
  • 100 gr de beurre
  • 150 gr de pépites de chocolat
  • 1 oeuf
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 c. à c. de vanille liquide
  • 1 pincée de sel

Préchauffez le four à 180°.

Dans un saladier, travaillez l'oeuf et le sucre à la fourchette. Ajoutez la pincée de sel et la vanille et mélangez bien.

Faites fondre le beurre. Tamisez ensemble la farine et la levure. Incorporez à la pâte alternativement le beurre et la farine. Terminez en ajoutant les pépites de chocolat.

Formez de petites boules de pâte de la taille d'une noix, déposez-les sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé en prenant bien soin de les espacer suffisamment (ils vont gonfler un peu) et aplatissez-les légèrement.

Enfournez et laissez cuire les biscuits environ 10 minutes. Laissez-les refroidir un peu avant de les décoller et disposez-les sur une grille.

Les cookies doivent être moelleux au centre et croquants sur les bords.

Bonne dégustation!

mardi 18 août 2009

Tapenade d'olives vertes comme là-bas

Pour se faire plaisir quand le petit pot qu'on a ramené de vacances (coincé entre les bouteilles de vin et celles d'huile d'olive) est vide...
















Ingrédients:

  • 300 gr d'olives vertes dénoyautées
  • 50 gr de câpres
  • 10 filets d'anchois
  • 1 gousse d'aïl
  • 1 jus de citron
  • huile d'olive (optionnel)

Mixez très finement 50 gr d'olives, les 50 gr de câpres, la gousse d'aïl et le jus de citron.

Ajoutez les 250 gr d'olives restantes et les anchois, mixez de nouveau mais moins longtemps, afin de conserver des éclats d'olives (si toutefois vous aimez la tapenade un peu croquante... sinon, allez-y, mixez franchement!).

Personnellement, je la trouve très bien comme ça, mais si vous la préférez un peu moins épaisse, ajoutez de l'huile d'olive par petits filets jusqu'à l'obtention de la consistance désirée.

Bonne dégustation!

La mousse au chocolat pour les nuls

La recette de ma Maman, qui la tenait de son amie d'enfance. Simplissime et délicieux.











Ingrédients
(pour 8 portions):

  • 150 gr de chocolat noir (de bonne qualité: tout est là!)
  • 8 oeufs
  • 8 c. à s. de sucre
  • 1 pincée de sel

Faites fondre le chocolat (idéalement au bain-marie).

Dans un bol, mélangez vivement les jaunes d'oeufs et le sucre jusqu'à l'obtention d'un mélange homogène. Incorporez le chocolat fondu au mélange.

Battez les blancs d'oeufs en neige ferme (n'oubliez pas la pincée de sel) que vous incorporez délicatement au mélange chocolaté.

Versez dans 8 ramequins et mettez au réfrigérateur pour au moins 6 heures.

Bonne dégustation!

mercredi 12 août 2009

Mini-hamburgers de röstis et steaks hachés maison aux poivrons

Une idée qui m'est venue en vacances, alors que l'Homme et moi tentions d'initier nos filles à la gastronomie languedocienne... en vain.

Ou presque... Il faut quand même rendre justice à la cadette, qui a daigné goûter - et a même relativement apprécié - la seiche grillée.

Mais exception faite de ce remarquable trait d'audace, et comme les années précédentes, elles nous ont fait le coup du Steak Haché Tour: elles ont systématiquement testé le steak haché de chaque restaurant que nous avons visité! Elles se sont même amusées à procéder au classement des différents établissements en suivant une méthode tout ce qu'il y a de plus rigoureusement scientifique (analyse des différents échantillons en fonction des mêmes variables: degré de cuisson, température au moment du service à table, tendreté, fondant, pourcentage de "petits bouts blancs" dans le haché, ...).

Résultats:

  1. Steak Haché d'Or: Restaurant-Bar de la Tour, Montady.
  2. Steak Haché d'Argent: La Boucherie, Béziers.
  3. Steak Haché de Bronze: La Pomme d'Amour, Pezenas.

Le Grand Prix Spécial du Pire Steak Haché du Sud de la France a été attribué au Courtepaille de Béziers, pour leur steak cramé dehors et gelé dedans.

Nous avons bien tenté quelques "Tu n'as pas envie de goûter autre chose?" ou "Tu devrais essayer ça, c'est vraiment délicieux!"... Rien à faire. Ventre affamé n'a pas d'oreilles, c'est bien connu, et quand il s'agit de celui de mes filles, il n'est pas curieux pour un sou et préfère clairement s'en tenir aux valeurs sûres!

Optimiste, comme toujours, je me dis que le temps de la curiosité, de la découverte, et donc du partage viendra...

En attendant, je tente de renouveler mes classiques!

Ingrédients (pour 4 personnes):

  • 600 gr d'américain nature (haché de boeuf extra maigre)
  • 24 röstis
  • 1 poivron rouge, 1 poivron vert
  • 2 échalottes
  • 4 tr de chester
  • 1 oignon
  • qqs cornichons
  • ketchup
  • sel, poivre, piment d'Espelette
  • huile d'olive

Préchauffez le four à 200°.

Mélangez la viande hachée avec les poivrons détaillés en très petits dés, les échalottes finement émincées, sel, poivre et piment d'Espelette.

Enfournez vos röstis pour environ 15 minutes. N'oubliez pas de les retourner à mi-cuisson.

Formez 12 petits steaks et passez-les à la poêle, dans 2 c. à s. d'huile d'olive bien chaude.

Lorsque tout est cuit, montez vos mini-hamburgers: 1 rösti, 1 steak, 1/4 de tranche de chester, oignon cru et cornichons émincés, un trait de ketchup, 1 rösti.

Servez avec une petite salade vinaigrette.

Bon appétit!

Tarte au sucre

Une recette qui fleure bon l'enfance et la campagne hesbignonne... Tout droit sortie du vieux carnet de recettes de ma grand-mère; un peu calorique, certes, mais une saveur et un fondant inimitables!








Ingrédients:


Pour la pâte:

  • 250 gr de farine
  • 50 gr de margarine
  • 1 c. à s. de beurre
  • 10 cl de lait
  • 1 paquet de levure de boulangerie (+/- 40 gr)

Pour la garniture:

  • 125 ml de crème fraîche
  • 2 oeufs
  • 250 gr de sucre impalpable
  • 1 s. de sucre vanillé (soit 10 gr)
  • un peu de sucre cristallisé
  • quelques noisettes de beurre

Dans un grand saladier, mélangez ensemble la farine, la margarine et le beurre fondu ainsi que la levure préalablement délayée dans le lait tiédi. Pétrissez vivement.

Formez une boule avec la pâte, couvrez-la d'un torchon propre et laissez reposer à température ambiante une bonne heure.

Préchauffez le four à 180°.

Abaissez la pâte au rouleau à pâtisserie et foncez votre moule à tarte.

Préparer la garniture: battez la crème fraîche avec les oeufs entiers et le sucre vanillé.

Saupoudrez le fond de tarte d'un peu de sucre cristallisé. Ajoutez la crème fraîche, puis quelques noisettes de beurre. Terminez par le sucre impalpable.

Enfournez et laissez cuire jusqu'à ce que la croûte soit légèrement dorée et la tarte bien "fleurie", comme on dit chez nous.

Remarque: la pâte peut également servir de base pour les tartes aux fruits. Vous pouvez par exemple la faire cuire à blanc (càd couverte de papier cuisson avec une couche de haricots secs par dessus, pour ne pas qu'elle gonfle) 15 à 20 minutes pour ensuite la couvrir d'un demi kilo de myrtilles fraîches. Réenfournez pour environ 10 minutes supplémentaires, laissez refroidir, saupoudrez de sucre impalpable et servez. Succès garanti!

Bonne dégustation!

samedi 4 juillet 2009

Salade de fusilli au poulet, pesto pistaches-roquette et tomates cerises

Frais, délicieux... et honteusement pompé de "Télémoustique" (avec quelques modifications quand même;-).










Ingrédients
(pour 4 à 6 personnes):

  • 500 gr de fusilli
  • 500 gr de filets de poulet
  • 500 gr de tomates cerises
  • 100 gr de roquette nettoyée
  • 100 gr de pistaches décortiquées
  • 100 gr de parmesan fraîchement râpé
  • 20 cl d'huile d'olive
  • le jus de 2 citrons
  • sel et poivre

Faites cuire les pâtes dans un grand volume d'eau salée en respectant le temps de cuisson donné sur l'emballage pour qu'elles soient al dente.

Coupez les filets de poulet en lamelles; faites-les griller dans un poele anti-adhésive, éventuellement avec un peu d'huile d'olive.

Versez la roquette dans le bol du hachoir; ajoutez les pistaches, le parmesan, l'huile et le jus de citron (tout ou en partie, à votre goût). Faites tourner juste un peu, de manière à obtenir un pesto homogène mais pas trop moulu: c'est meilleur quand il est encore un peu croquant. Rectifiez l'assaisonnement.

Coupez les tomates cerises en deux; versez-les dans un grand saladier, ainsi que les lamelles de poulet grillées.

Une fois que les pâtes sont cuites, rincez-les abondamment à l'eau froide et égouttez-les bien. Versez-les dans le saladier, ajoutez le pesto et mélangez bien.

Couvrez et laissez reposer au moins 30 minutes au frigo avant de servir.

Servez avec un vin blanc sec bien frais.

Bon appétit!

vendredi 3 juillet 2009

Cornes de gazelle

"Plus tard, j'aimerais bien faire prof d'anglais! C'est dur, Maman?"

Ma fille cadette et ses questions... et au petit-déjeuner, en plus! Avant même la première gorgée de café, alors que je suis encore limite fréquentable, mi-humaine mi-troll des montagnes, incapable de m'exprimer autrement que par monosyllabes grognées...

Et pour couronner le tout, elle choisit la fin de l'année scolaire pour me demander ça! Vite, vite, une réponse intelligible, positive, et enthousiaste... Peine perdue: j'ai beau adorer mon boulot, après les cours, les examens, les corrections, la préparation des notes de cours de l'an prochain, les tracasseries administratives de fin d'année, etcetcetc, mon cerveau est dans un tel état de décomposition avancée qu'il refuse de s'exécuter. Je ne parviens à soupirer qu'un lamentable et fort peu convaincant "Mais non, mon petit chat." Pathétique...

Et pourtant, il y aurait tant de choses à dire... Voici la réponse qui m'est venue à l'esprit quelques tasses de café plus tard dans la journée (merci Kipling;-):

Si tu peux voir l'usage du "present perfect" baffoué,
Et pour la centième fois les règles en réexpliquer,
Ou les temps primitifs des verbes irréguliers massacrés
Sans d'horreur tressaillir ou bien désespérer;

Si tu peux supporter d'entendre que ton métier
Est devenu obsolète, à l'heure du DVD,
D'Internet, et des séries télé sous-titrées
Sans que cela entame ta sérénité;

Si tu peux être exigeante sans être trop sévère,
Si tu peux être sympa sans faire dans la démago,
Si tu peux faire la différence entre une classe et une scène,
Et de ton savoir ne te sers pour flatter ton ego;

Alors la langue anglaise et sa pédagogie
Un jour pourront te permettre de gagner ta vie,
Et tu en seras fière, heureuse, ravie:
Tu seras prof d'anglais, ma fille.

Pour continuer dans le même registre, quoi de plus poétique que des cornes de gazelles?

Ingrédients:

  • 200 gr de farine
  • 50 gr + 4 c. à s. de beurre fondu
  • 175 gr d'amandes en poudre
  • 40 gr de sucre en poudre (+ pour saupoudrer les cornes de gazelle au sortir du four)
  • 2 c. à c. rases de cannelle en poudre
  • 4 c. à s. d'eau de fleur d'oranger
  • 1 pincée de sel
  • 10 cl d'eau

Dans un saladier, pétrissez la farine avec une pincée de sel et les 50 gr de beurre fondu. Versez l'eau au fur et à mesure. Pétrissez jusqu'à ce que le mélange soit homogène.

Préparez la farce dans un second saladier: versez la poudre d'amandes, les 40 gr de sucre, la cannelle, l'eau de fleur d'oranger et les 4 c. à s. de beurre fondu. Mélangez.

Etalez la pâte et découpez-la en triangles. Déposez un peu de farce. Roulez le triangle sur lui-même afin d'obtenir un mini-croissant. Vous pouvez aussi façonner des demi-lunes, comme sur la photo.

Faites cuire 20 minutes au four à 180°. Saupoudrez de sucre au sortir du four.

Bonne dégustation!

vendredi 8 mai 2009

Charlottes aux chocolats

C’est sur ces deux charlottes que mon bébé vient de souffler ses 8 bougies... Je regarde cette grande petite fille pleine d’énergie, autonome (presque) en toutes choses et je m’interroge : quand cela est-il arrivé ?

Idem pour sa grande sœur : elle n’a que 10 ans et demi (surtout ne pas oublier le « demi » : le pré-ado y tient beaucoup et est très susceptible ;-) mais on devine déjà la jeune fille qui se cache derrière la silhouette enfantine ; pas encore papillon, mais déjà plus tout à fait chenille…

Le temps a passé si vite… En ai-je assez profité ? Quelle image garderont-elles de la mère que je suis ? Et comment vont évoluer nos relations au fil des années à venir et surtout des choix et des rencontres qu’elles vont inévitablement faire ?

Un thème et des questions qui ont inspiré bien des auteurs… J’avais envie de vous faire partager ce texte d’une chanson d’ABBA, que je ne connaissais pas avant d’avoir vu « Mamma Mia ! », et qui me touche énormément parce que le ton y est particulièrement juste (oui, je sais, à priori il y a comme une contradiction dans les termes, et moi non plus je n’aurais pas spontanément pensé à ABBA dans la catégorie « chanteurs à texte », mais bon, tout le monde peut avoir un moment de grâce, non ? Même les paroliers d’ABBA !) :


Schoolbag in hand, she leaves home in the early morning
Waving goodbye with an absent-minded smile
I watch her go with a surge of that well-known sadness
And I have to sit down for a while
The feeling that I’m losing her forever
And without really entering her world
I’m glad whenever I can share her laughter
That funny little girl

Slipping through my fingers all the time
I try to capture every minute
The feeling in it
Slipping through my fingers all the time
Do I really see what’s in her mind
Each time I think I’m close to knowing
She keeps on growing
Slipping through my fingers all the time

Sleep in our eyes, her and me at the breakfast table
Barely awake, I let precious time go by
Then when she’s gone there’s that odd melancholy feeling
And a sense of guilt I cant deny
What happened to the wonderful adventures
The places I had planned for us to go
Well, some of that we did but most we didn’t
And why I just don’t know

Slipping through my fingers all the time
I try to capture every minute
The feeling in it
Slipping through my fingers all the time
Do I really see what’s in her mind
Each time I think I’m close to knowing
She keeps on growing
Slipping through my fingers all the time

Sometimes I wish that I could freeze the picture
And save it from the funny tricks of time
Slipping through my fingers...


Voilà, cadeau pour la fête des mères:-) Et puis du chocolat pour soigner le petit coup de blues qui va avec…


Charlotte au chocolat noir et écorces d'oranges confites

Ingrédients:
  • 200 gr de chocolat noir (70% de cacao)
  • 10 cl de crème fraîche
  • 2 c. à s. de rhum brun
  • 2 feuilles de gélatine
  • 4 oeufs
  • 1 pincée de sel
  • 100 gr d'écorces d'oranges confites
  • biscuits à la cuiller ou boudoirs

Réservez les trois ou quatre plus belles écorces d'oranges confites et détaillez le reste en petits dés.

Faites fondre le chocolat au bain-marie avec la crème fraîche et le rhum. Lorsque le mélange est bien homogène, ajoutez-y les jaunes d'oeufs un à un.

Battez les blancs d'oeufs en neige ferme en y ajoutant une pincée de sel. Mélangez délicatement les blancs d'oeufs, le chocolat, et les dés d'écorces d'oranges confites à la spatule.

Disposez les biscuits sur les parois d'un moule à charlotte, le côté sucré vers l'extérieur. remplissez le moule avec la préparation au chocolat. Faites prendre pendant au moins 3 heures au réfrigérateur.

Décorez avec les écorces d'oranges confites entières.


Charlotte au chocolat blanc

Même mode opératoire et mêmes ingrédients, à quelques détails près:

  • on remplace le chocolat noir par du chocolat blanc (ça, c'est pour ceux qui n'auraient pas suivi;-)
  • on remplace le rhum brun par quelques gouttes d'essence de vanille
  • pas d'écorces d'oranges confites; par contre, on peut décorer avec des fraises.

Bonne dégustation!



vendredi 1 mai 2009

Kouign-amann

Il y a quelques semaines, dans le cadre d'un programme d'échange pour enseignants, nous recevions la visite d'un collègue finlandais. Parmi les différentes activités qu'il a proposées à nos étudiants, il en est une qui m'a beaucoup amusée mais qui m'a aussi donné à réfléchir.

Il s'agissait pour eux de se mettre d'accord sur les trois valeurs fondamentales qui définissent le mieux les Wallons. Résultats: (1) le sens de l'accueil, (2) l'esprit festif et (3) un goût prononcé pour les plaisirs de la table.

Ce top 3 ma foi fort cohérent était pour moi assez prévisible - en tout cas conforme à ce que pense la Wallonne que je suis. Le collègue finlandais, pour sa part, n'a pas vraiment été surpris (ce n'était pas son premier séjour chez nous), mais n'a pas non plus pu s'empêcher de souligner les importantes différences culturelles qui séparent le Finlandais et le Wallon lambda.

Par exemple, il nous a expliqué que la première valeur fondamentale qui définit les Finlandais est l'honnêteté... Sourires polis des étudiants, qui n'avaient visiblement pas trop envie de s'aventurer sur ce terrain-là - plutôt glissant en Wallonie, il faut bien le dire (je ne m'étendrai pas sur les quelques murmures que j'ai très nettement perçus et qui évoquaient une certaine ville du sud du pays...).

Ensuite, il nous a fait part de son étonnement quant à notre faculté à profiter des bonnes choses, le plus souvent sans éprouver le moindre sentiment de culpabilité. Il semble qu'en Finlande, l'Etat ait très à coeur la bonne santé de la population et ait fait en sorte, à grand renfort de campagnes préventives, que le "manger sain" ait maintenant force de loi. Aller au McDo - même une fois de temps en temps - relèverait limite de l'incivisme! Leur éducation souvent teintée de protestantisme a fait le reste: ils sont bien obéissants et restent de marbre devant un cornet de frites. Vu d'ici, on ne peut que les plaindre, non?

Dieu merci, ma wallonitude déculpabilisée m'a permis d'apprécier, ces dernières vacances de Pâques, la gastronomie bretonne à sa juste valeur. Et heureusement, car entre le beurre et la crème fleurette, les préparations diététiques se font rares.... C'est bien simple, je trouve que pour illustrer le concept de pléonasme, les professeurs de français troqueraient avantageusement le traditionnel "petit nain" (par ailleurs politiquement incorrect) contre les "spécialités bretonnes au beurre"...

La preuve avec cette emblématique recette de kouign-amann (littéralement "pain au beurre" en breton), dont je vous propose pourtant une version allégée (normalement la quantité de beurre doit être égale à la quantité de farine!).

Ingrédients:

  • 300 gr de farine (+ pour le plan de travail)
  • 15 gr de levure fraîche
  • 20 cl d'eau tiède
  • 150 gr de beurre demi-sel ramolli
  • 250 gr de sucre fin
  • 1 c. à c. de sel

Délayez la levure dans l'eau tiède, puis versez sur la farine dans un saladier; ajoutez le sel.

Mélangez le tout puis pétrissez activement la pâte à la main sur un plan de travail enfariné (pour éviter que la pâte ne colle aux doigts). Faites une boule et couvrez-la d'un linge. Laissez lever une heure dans un endroit tiède, jusqu'à ce qu'elle double de volume.

Préchauffez le four à 220°.

Toujours sur un plan de travail enfariné, abaissez la pâte à la main ou au rouleau. Posez 100 gr de beurre et 200 gr de sucre au centre et ramenez les bords de la pâte pour enfermer le tout.

Posez la pâte dans un moule à tarte (de préférence en porcelaine à feu) et ramenez à nouveau les bords de la pâte en appuyant avec le poing au centre. Badigeonnez avec les 50 gr de beurre et saupoudrez des 50 gr de sucre qui restent. Enfournez.

Glissez sous la grille du four la lèche-frite remplie d'eau et laissez cuire 30 à 40 minutes. L'eau dans le four créera une chaleur humide, ce qui donnera un kouign-amann moelleux à souhait.

Bonne dégustation (avec une petite bolée de cidre doux;-)

Bréhat, mon île bretonne préférée (Copyright © l'Homme, 2009).

dimanche 8 mars 2009

Lasagne santé

Un maximum de légumes et un minimum de gras. Et une chouette photo pour célébrer cette petite odeur de printemps qui flotte dans l'air (Copyright © l'Homme, 2008).









Ingrédients
(pour 4 personnes - 9 Flexipoints® la portion):

  • 600 gr de filet de poulet
  • 100 gr de lasagnes sans pré-cuisson (6 feuilles)
  • 1 grosse boîte de tomates pelées (800 gr)
  • 1 petite boîte de concentré de tomates (70 gr)
  • 1 poivron rouge, 1 petite courgette, 1 belle carotte, 3 branches de céleri, 1 oignon rouge
  • 2 gousses d'aïl
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 25 cl de crème fraîche la plus allégée possible
  • 100 gr de parmesan frais râpé
  • thym, basilic, sel, poivre

Détaillez les filets de poulet en lamelles et faites sauter dans l'huile d'olive. Lorsque le poulet est bien cuit, retirez-le de la sauteuse.

Coupez les légumes en brunoise fine et faites-les revenir dans la sauteuse - sans rajouter de matière grasse! - avec l'aïl finement émincé. Ajoutez les tomates pelées, le concentré de tomates, et les herbes; salez et poivrez. Couvrez et laissez mijoter à feux doux une bonne demi-heure.

Hachez finement les lamelles de poulet.

Dressez la lasagne dans un plat allant au four selon l'ordre suivant: une couche de pâtes, une couche de sauce aux légumes, une couche de viande hachée; mouillez de crème fraîche et saupoudrez de parmesan. Répétez au moins une fois toute l'opération.

Cuisson: 25 minutes au four préchauffé à 200°.

Bon appétit!

mardi 3 mars 2009

Crème de brocoli

Nous sommes tous tombés un jour ou l'autre sur un reportage ou un article dénonçant la barbarie de la procédure d'abattage des animaux de boucherie ou la cruauté du gavage des canards et des oies.

Des images difficiles à regarder. Et pourtant... Qui peut honnêtement affirmer que cela l'a poursuivi au point de le contraindre à renoncer à une terrrine de foie gras truffé ou à un filet pur tout juste saisi? Certains d'entre nous auront tout au plus ressenti comme l'ombre du début d'un soupçon de scrupule - totalement évanoui dès la première bouchée.

Comment expliquer que ces images, pourtant on ne peut plus explicites puisque le plus souvent utilisées dans le cadre de propagandes militantes, n'aient pas davantage d'impact sur les êtres délicieusement civilisés que nous sommes?

Je pense que c'est tout simplement une question de distance: il y a tellement loin de cette violence au magnifique morceau de boeuf dans l'étal du boucher que notre cerveau n'a pas beaucoup de mal à jeter vite fait un voile pudique sur la relation de cause à effet qui les unit. Par ailleurs, sommes-nous sûrs que c'est bien le cerveau qui est aux commandes dans ces moments-là? Car si ventre affamé n'a pas d'oreilles, il se pourrait bien que palais gourmet n'ait pas non plus de conscience...

Cela dit, les scrupules ne sont pas toujours aussi faciles à étouffer.

Mon petit mari étant très friand de homard, je décide de profiter de notre traditionnel weekend de Carnaval à la mer pour l'inviter, pour son anniversaire, dans un restaurant où on travaille cette flamboyante denrée. Nous portons notre choix sur La Fourchette, une adresse à La Panne que je recommande chaleureusement (accueil très sympathique, cuisine pleine de goût(s), à la fois simple et raffinée - un thon rouge mi-cuit sur lit de purée et sauce au wasabi sublimissime). Une seule ombre au tableau: le vivier se trouve dans la salle du restaurant...

Je peux comprendre les raisons qui poussent les restaurateurs à exhiber ces mini-camps de concentration pour crustacés de luxe (garantie quant à la fraîcheur du produit, aux conditions dans lesquelles il est conservé, ...) Mais là, du coup, c'en est fini de la confortable distance du consommateur: plus d'intermédiaires, c'est la chaîne alimentaire réduite à sa plus simple expression, le prédateur face à sa proie!

Une fois la commande passée, nous avons tenté de profiter de l'apéritif et de l'entrée tout en nous efforçant d'oublier que nous étions d'abominables homardicides. C'était sans compter sur notre fille cadette, sa logique scientifique, et son goût prononcé pour les questions qui dérangent.

La tension est devenue carrément insoutenable lorsque la patronne a plongé la main dans le vivier pour en extraire notre victime et qu'elle a soumis son choix à notre approbation ("Dis Papa, tu crois qu'il sait qu'on va le tuer? Et ses copains, tu crois qu'ils sont tristes?"). Dur dur...

Enfin, ça n'a apparemment pas empêché l'Homme d'apprécier:-)

Une recette de soupe à consommer sans scrupules:

Ingrédients:

  • 800 gr de brocolis
  • 400 gr de pommes de terre
  • 200 gr de carottes
  • 200 gr d'échalottes
  • qqs branches de céleri
  • 3 gousses d'aïl
  • 3 litres d'eau
  • 3 cubes de bouillon de volaille dégraissé
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • sel, poivre, muscade

Nettoyez les brocolis puis détaillez-les en bouquets. Epluchez les pommes de terre et les carottes, puis détaillez-les en petits morceaux. Coupez les branches de céleri en petits tronçons. Réservez.

Epluchez et émincez l'aïl et les échalotes. Faites-les revenir 5 minutes dans une grande casserole avec l’huile d’olive chauffée à feu doux. Ajoutez ensuite tous les autres légumes ainsi que l’eau et les cubes de bouillon.

Assaisonnez, puis laissez mijoter à feu doux la préparation pendant 30 mn, jusqu’à ce que tous les légumes soient bien cuits.

En fin de cuisson, mixez et corrigez éventuellement l’assaisonnement.

Bon appétit!

jeudi 5 février 2009

Madeleines aux tomates séchées, à la mozzarella et au basilic

L'homme et le gorille ont un ancêtre commun.

Ca remonte à loin, sept millions d'années au bas mot, mais il nous en reste quelque chose. Et pas juste au niveau du génome, que nous partageons à 96% avec le primate sus-nommé.

J'en veux pour preuve une scène à laquelle il m'a été donné d'assister récemment, dans un restaurant chinois très coté de la région liégeoise (où ils préparent des Saint-Jacques à tomber, saisies juste comme il faut, croustillantes et fondantes à la fois, que même mon pote Didier-le Roi-de-la-Coquille ne renierait pas).

Se sont installées à la table voisine de la nôtre quatre personnes: un monsieur et une dame d'âge mûr, et deux messieurs sensiblement plus jeunes.

Afin que vous perceviez bien toute la pertinence du parallèle établi, et surtout que vous ne puissiez pas penser que tout ceci n'est rien d'autre qu'un délire socio-éthologique issu d'un cerveau embrumé par les vapeurs de Chambolle-Musigny, je me propose de rafraîchir rapidement vos connaissances gorillesques.

Les gorilles, comme tous les primates (et donc comme les hommes), se distinguent par leur faculté à vivre en société. Cependant, leur système social est entièrement fondé sur la force.

C'est là que le parallèle avec les hommes s'arrête? Pas si sûr... Ce que j'ai pu observer au restaurant ce soir-là m'a étrangement fait penser à la parade d'intimidation du gorille dit "à dos argenté", le mâle dominant de son clan. Cette parade est très ritualisée, et comporte 5 étapes distinctes:

  1. Le dos argenté s'assoit et émet une série de grognements.
  2. Il se lève puis arrache une poignée d'herbe qu'il jette en l'air.
  3. Il se frappe la poitrine avec force.
  4. Si l'adversaire n'a pas été impressionné, le gorille charge en rugissant.
  5. Il s'arrête brusquement et frappe le sol.

Par comparaison, voici décrite la parade d'intimidation que j'ai pu observer:

(1) Le crâne argenté s'assoit et émet une série de grognements lorsque les deux messieurs plus jeunes annoncent qu'ils ne boiront pas de vin. Il commande néanmoins, pour lui et son épouse, un vieux bordeaux TRES prestigieux et donc TRES cher, ce qu'il ne manque pas de faire remarquer de façon appuyée aux deux messieurs plus jeunes.

(2) Un peu plus tard, il hèle le garçon et lui tend ostensiblement son assiette dans le but de la renvoyer à la cuisine. Motif: ce n'est pas suffisamment chaud à son goût.

(3) Au garçon qui réagit de façon très professionnelle, lui disant sans se départir de son sourire: "Aucun problème, Monsieur, on va vous changer ça immédiatement", le crâne argenté répond sèchement en parlant très fort que non, ce n'est pas la peine, maintenant il n'a plus faim.

(4) Le garçon ne s'étant manifestement pas montré suffisamment impressioné, le crâne argenté le hèle à nouveau et lui fait remarquer (toujours de manière à ce que la moitié de la salle en profite) que les messieurs plus jeunes ont commandé la spécialité n°83 et que celle-ci est normalement accompagnée de 4 sauces différentes et que là il en manque une et que c'est quand même formidable, tous ces manquements dans un restaurant qui se veut gastronomique.

(5) Le garçon (un vrai pro, chapeau bas) refusant décidément d'afficher la mine contrite du mâle dominé qui vient tout juste de se faire atomiser, le crâne argenté conclut l'incident en racontant à sa tablée, à grand renfort d'adverbes et d'onomatopées, comment il a taillé un costard au réceptionniste de l'hôtel lors de son dernier voyage au Sénégal parce que la chambre n'était pas prête à l'heure dite...

Troublantes similitudes, vous ne trouvez pas? Mais finalement, qu'est-ce que sept millions d'années à l'échelle de l'histoire de l'univers? Un grain de riz:-)

Pas de riz dans la recette suivante, mais bien des tomates séchées, de la mozarella et du basilic.

Ingrédients (pour environ 16 madeleines):

  • 150 gr de farine
  • 100 gr de mozzarella râpée
  • 15 gr de parmesan râpé
  • 60 gr de tomates séchées
  • une trentaine de feuilles de basilic frais
  • 3 oeufs
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 5 c. à s. d'huile d'olive
  • sel, poivre

Coupez les tomates en fines lanières et hachez les feuilles de basilic.

Mélangez la farine et la levure tamisées. Battez les oeufs avec le parmesan. Incorporez la farine avec la levure, les tomates, la mozzarella, le basilic et l'huile. Salez et poivrez. Mélangez jusqu'à obtenir une masse homogène.

Laissez reposer une heure au réfrigérateur.

Préchauffez le four à 270°. Remplissez les moules à madeleines aux deux tiers et enfournez pendant 4 minutes. Baissez le four à 210° et laissez cuire encore 6 minutes, jusqu'à ce que les madeleines soient bien dorées.

Sortez les madeleines du four; attendez quelques minutes avant de les démouler.

Se consomment froides à l'apéritif, mais sont encore meilleures tièdes en entrée, avec une petite salade à l'accent du sud, genre roquette, tomates, poivrons, échalotes et olives.

Bonne dégustation!

mercredi 21 janvier 2009

Tartelettes à la florentine

S'il vous prenait l'envie de demander au premier enfant que vous croisez de vous citer les trois légumes qu'il aime le moins, il y a fort à parier que les épinards feraient partie du lot.

Ils n'arriveraient sans doute pas en tête, cette place de choix étant traditionnellement réservée aux choux de Bruxelles (en tout cas pour ceux qui en connaissent l'existence - nombreux étant les parents qui, dans le souci de protéger leur progéniture le plus longtemps possible des horreurs de ce monde, attendent au moins l'adolescence pour aborder avec eux la problématique des armes biologiques), mais ils n'ont pas la cote non plus. Il n'est d'ailleurs pas rare qu'ils soient carrément érigés en punition; n'entend-on pas parfois des menaces du genre "Finis ton poisson ou c'est double ration d'épinards!"?

Quelle injustice! Car l'épinard n'a que des qualités: ce savoureux légume est extrêmement léger (25 kcal pour 100 gr), très riche en fibres, minéraux (potassium, calcium, magnésium), vitamines et autres antioxydants, et possède en outre le pouvoir de favoriser la digestion. En revanche - et n'en déplaise à Popeye - sa réputation en matière d'apport en fer est très surfaite.

Selon certaines sources, l'appelation "à la florentine" trouverait son origine dans les grandes pages de l'Histoire de France: il semble en effet que ce soit Catherine de Médicis, épouse du roi Henri II et originaire de Florence, qui ait introduit l'épinard, son légume favori, en France.

Aujourd'hui je vous propose une adaptation très personnelle d'une recette de la région de Molise (Italie).

Ingrédients
(pour 6 tartelettes):
  • 2 disques de pâte feuilletée prête à l'emploi
  • 500 gr d'épinards hachés surgelés
  • 250 gr de ricotta
  • 3 oeufs (+ 1 pour badigeonner les tartelettes)
  • 12 tranches de jambon sec (italien, de préférence)
  • parmesan frais râpé à volonté
  • sel, poivre, noix de muscade
  • huile d'olive

Préchauffez le four à 180°.

A l'aide d'un bol, découpez dans la pâte feuilletée 6 disques de la dimension de vos moules à tartelettes. Placez-les dans les moules préalablement badigeonnés à l'huile d'olive. Conservez bien les chutes de pâte.

Mélangez les épinards décongelés et bien essorés avec la ricotta, le parmesan et les oeufs légèrement battus.

Tapissez chaque fond de tartelette de 2 tranches de jambon, puis garnissez avec la préparation aux épinards.

Découpez des lanières de pâte feuilletée d'environ 1/2 cm dans les chutes et formez un treillis sur les tartelettes. Badigeonnez à l'oeuf battu et enfournez.

Laissez cuire environ 1/2 heure.

Conseil vin: un blanc un peu gras, type Bourgogne.

Bon appétit!

lundi 12 janvier 2009

Farfalles sauce au thon et aux légumes du soleil

Une recette d'été pour entretenir la bonne humeur alors que l'ère glaciaire qui engourdit les gens et les choses depuis le début du mois s'apprête à faire place à la pluie...

Et une ruse supplémentaire pour faire manger du poisson à ma fille sans qu'elle s'en aperçoive;-)

Photo: Copyright © l'Homme, 2009











Ingrédients
(pour 6 personnes):

  • 1 kg de farfalles
  • 3 boîtes de tomates pelées de 400 gr
  • 1 petit boîte de concentré de tomates
  • 3 poivrons (1 rouge, 1 jaune, 1 vert)
  • 100 gr d'olives vertes dénoyautées
  • 2 boîtes de thon au naturel de 200 gr (poids net)
  • 2 échalotes
  • 2 gousses d'aïl
  • huile d'olive
  • 4 morceaux de sucre
  • sel, poivre, herbes de Provence et piment d'Espelette
  • parmesan à volonté (pour le service)

Faites frire l'aïl et l'échalote finement émincés dans un peu d'huile d'olive. Ajoutez les tomates pelées et laissez mijoter doucement jusqu'à ce que ces dernières se défassent.

Détaillez les poivrons en petits cubes et faites-les sauter quelques minutes dans une poêle anti-adhésive, jusqu'à ce qu'ils soient légèrement grillés. Ajoutez-les à la sauce tomate, ainsi que les olives préalablement découpées en tranches, le thon que vous aurez pris soin d'émietter à la fourchette, le concentré de tomate, le sucre, le sel, le poivre, les herbes et le piment. Si le mélange vous paraît trop épais, n'hésitez pas à ajouter un verre d'eau.

Laissez mijoter à feu très doux minimum une demi-heure.

Faites cuire les farfalles dans un grand volume d'eau salée en respectant le temps de cuisson indiqué sur l'emballage pour qu'elles soient bien al dente.

Egouttez les pâtes et servez-les sans attendre nappées de sauce bien chaude et saupoudrées de parmesan frais râpé (pour ceux qui aiment ça).

Conseil vin: testé avec un Faugères - pas mal du tout! Optez de préférence pour un vin charpenté.

Bon appétit!