vendredi 1 mai 2009

Kouign-amann

Il y a quelques semaines, dans le cadre d'un programme d'échange pour enseignants, nous recevions la visite d'un collègue finlandais. Parmi les différentes activités qu'il a proposées à nos étudiants, il en est une qui m'a beaucoup amusée mais qui m'a aussi donné à réfléchir.

Il s'agissait pour eux de se mettre d'accord sur les trois valeurs fondamentales qui définissent le mieux les Wallons. Résultats: (1) le sens de l'accueil, (2) l'esprit festif et (3) un goût prononcé pour les plaisirs de la table.

Ce top 3 ma foi fort cohérent était pour moi assez prévisible - en tout cas conforme à ce que pense la Wallonne que je suis. Le collègue finlandais, pour sa part, n'a pas vraiment été surpris (ce n'était pas son premier séjour chez nous), mais n'a pas non plus pu s'empêcher de souligner les importantes différences culturelles qui séparent le Finlandais et le Wallon lambda.

Par exemple, il nous a expliqué que la première valeur fondamentale qui définit les Finlandais est l'honnêteté... Sourires polis des étudiants, qui n'avaient visiblement pas trop envie de s'aventurer sur ce terrain-là - plutôt glissant en Wallonie, il faut bien le dire (je ne m'étendrai pas sur les quelques murmures que j'ai très nettement perçus et qui évoquaient une certaine ville du sud du pays...).

Ensuite, il nous a fait part de son étonnement quant à notre faculté à profiter des bonnes choses, le plus souvent sans éprouver le moindre sentiment de culpabilité. Il semble qu'en Finlande, l'Etat ait très à coeur la bonne santé de la population et ait fait en sorte, à grand renfort de campagnes préventives, que le "manger sain" ait maintenant force de loi. Aller au McDo - même une fois de temps en temps - relèverait limite de l'incivisme! Leur éducation souvent teintée de protestantisme a fait le reste: ils sont bien obéissants et restent de marbre devant un cornet de frites. Vu d'ici, on ne peut que les plaindre, non?

Dieu merci, ma wallonitude déculpabilisée m'a permis d'apprécier, ces dernières vacances de Pâques, la gastronomie bretonne à sa juste valeur. Et heureusement, car entre le beurre et la crème fleurette, les préparations diététiques se font rares.... C'est bien simple, je trouve que pour illustrer le concept de pléonasme, les professeurs de français troqueraient avantageusement le traditionnel "petit nain" (par ailleurs politiquement incorrect) contre les "spécialités bretonnes au beurre"...

La preuve avec cette emblématique recette de kouign-amann (littéralement "pain au beurre" en breton), dont je vous propose pourtant une version allégée (normalement la quantité de beurre doit être égale à la quantité de farine!).

Ingrédients:

  • 300 gr de farine (+ pour le plan de travail)
  • 15 gr de levure fraîche
  • 20 cl d'eau tiède
  • 150 gr de beurre demi-sel ramolli
  • 250 gr de sucre fin
  • 1 c. à c. de sel

Délayez la levure dans l'eau tiède, puis versez sur la farine dans un saladier; ajoutez le sel.

Mélangez le tout puis pétrissez activement la pâte à la main sur un plan de travail enfariné (pour éviter que la pâte ne colle aux doigts). Faites une boule et couvrez-la d'un linge. Laissez lever une heure dans un endroit tiède, jusqu'à ce qu'elle double de volume.

Préchauffez le four à 220°.

Toujours sur un plan de travail enfariné, abaissez la pâte à la main ou au rouleau. Posez 100 gr de beurre et 200 gr de sucre au centre et ramenez les bords de la pâte pour enfermer le tout.

Posez la pâte dans un moule à tarte (de préférence en porcelaine à feu) et ramenez à nouveau les bords de la pâte en appuyant avec le poing au centre. Badigeonnez avec les 50 gr de beurre et saupoudrez des 50 gr de sucre qui restent. Enfournez.

Glissez sous la grille du four la lèche-frite remplie d'eau et laissez cuire 30 à 40 minutes. L'eau dans le four créera une chaleur humide, ce qui donnera un kouign-amann moelleux à souhait.

Bonne dégustation (avec une petite bolée de cidre doux;-)

Bréhat, mon île bretonne préférée (Copyright © l'Homme, 2009).

2 commentaires:

chocolatatout a dit…

j'adore le kouign amann mais je n'ai jamais osé en faire quand on voit les proportions de sucre et de beurre à mettre ! ta version allégée me tente bien

Eva a dit…

Coucou, superbe recette ! Miam miam !
Bisous