mardi 19 avril 2011

Noix de Saint Jacques aux embruns d'Ecosse

Comme je le disais dans le post précédent, avril marque le début de la saison des artichauts (et de beaucoup d'autres produits, d'ailleurs); il marque également la fin de la saison des Saint Jacques.

La coquille Saint Jacques met deux à trois ans pour atteindre sa maturité. La pêche de ce coquillage qui fait la fierté des marins-pêcheurs de la baie de Saint Brieuc est donc extrêmement règlementée: elle n'est autorisée que du 1er octobre au 15 mai par arrêté ministériel, et à raison de 45 minutes par jour seulement.

La fin de la saison de pêche est traditionnellement marquée par la Fête de la Coquille, qui a lieu successivement chaque année en avril dans l'un des trois ports de pêche des Côtes d'Armor : Erquy, Saint Quay Portrieux et Loguivy de la Mer.





















Jeudi dernier, les Saint-Jacques de Mme Brochot étaient particulièrement irrésistibles: énormes et moelleuses à souhait! Je les ai accommodées avec ce que j'avais sous la main au gîte (une briquette de crème fraîche et le pur malt écossais de l'Homme), et, ma foi, nous nous sommes régalés.


Ingrédients
(pour 4 personnes):
  • 24 belles noix de Saint Jacques
  • 25 cl de crème fraîche
  • 2 cl de whisky écossais pur malt (au parfum iodé, comme l'Oban ou le Bowmore)
  • 2 c. à c. de paprika doux
  • 1 grosse noix de beurre
  • 3 c. à s. d'huile de noisette

Dans une grande poêle, faites chauffer l'huile et le beurre à feu vif.

Saisissez les Saint Jacques (2 minutes par face maximum; elles doivent être cuites mais rester fondantes à coeur); retirez-les de la poêle et réservez au chaud.

Déglacez la poêle au whisky; laissez évaporer le plus gros de l'alcool. Ajoutez ensuite la crème et le paprika; salez, poivrez, et laissez réduire une minute ou deux.

Nappez les noix de Saint Jacques de sauce et servez chaud avec un peu de pain et un Chablis vieilles vignes, par exemple.

Bonne dégustation!

    Tarte à la mousse d'artichauts et aux tomates cerises confites

    Avril marque le début de la saison de l'artichaut, avec l'arrivée en primeur des camus de Bretagne sur l'étal des légumiers.

    Cela dit, il n'est pas nécessaire d'attendre avril (et de se livrer à la fastidieuse besogne du "tournage" des artichauts frais) pour en consommer. La recette ci-dessous est réalisée à l'aide de fonds d'artichauts en boîte.




     

    Ingrédients:
    • 1 disque de pâte brisée prête à l'emploi
    • 250 gr de ricotta
    • 2 boîtes de fonds d'artichauts
    • 100 gr de parmesan frais râpé
    • 1 ravier de tomates cerises bien mûres
    • 1 c. à s. de sucre
    • 1 filet d'huile d'olive
    • sel, poivre
    • quelques feuilles de roquette pour la déco

    Faites cuire les fonds d'artichauts dans de l'eau salée jusqu'à ce qu'ils s'écrasent facilement (il faut compter une bonne demi-heure), puis laissez-les refroidir. Réduisez-les art en purée, puis incorporez la ricotta et le parmesan. Salez, poivrez, puis réservez au frais.

    Préchauffez le four à 180°.

    Posez les tomates cerises sur la plaque du four préalablement huilée. Saupoudrez-les d'une cuiller à soupe de sucre; salez, poivrez, et arrosez d'un filet d'huile d'olive. Faites cuire environ 20 minutes, puis réservez.

    Dans une platine à tarte, faites cuire la pâte à blanc (càd couverte de papier cuisson avec une couche de haricots secs par dessus, pour ne pas qu'elle gonfle) 15 à 20 minutes.

    Etalez le mélange aux artichauts sur la tarte et poursuivez la cuisson environ 10 minutes.

    Garnissez la tarte avec les tomates confites et décorez de quelques feuilles de roquette.

    Cette tarte peut être préparée la veille et réchauffée; veillez simplement à ajouter la roquette juste avant de servir.

    Bon appétit!

    Cake aux pruneaux et au magret de canard fumé

    Un cake salé d'hiver, et donc encore une recette qui arrive bien en retard sur la saison... Elle traîne dans la section "brouillons" du blog depuis tellement longtemps que je l'avais oubliée!

    C'est une visite aux faïenceries HB Henriot à Quimper la semaine dernière (où j'ai craqué pour un plat à cake dans un joli camaïeu de roses) qui m'y a fait repenser.

    A déguster à l'apéritif ou en entrée, avec une petite salade verte assaisonnée de cette délicieuse crème de vinaigre de figues qu'on trouve chez Oil&Vinegar.

    Source: Florence Edelmann, Cakes & pâtisseries salées.

    Ingrédients:
    • 100 gr de beurre
    • 100 gr de magret de canard fumé en tranches
    • 180 gr de farine
    • 1 sachet de levure en poudre
    • 3 oeufs
    • 10 cl de lait
    • 100 gr d'emmental râpé
    • 70 gr de confiture d'oignons (toute faite ou, mieux encore, maison: faites revenir 2 oignons finement émincés dans un peu d'huile d'olive jusqu'à ce qu'ils soient légèrement dorés, puis ajoutez une bonne cuiller à café de sucre et un trait de vinaigre balsamique et laissez confire à feu doux pendant environ 20 minutes)
    • 100 gr de pruneaux dénoyautés
    • sel, poivre

    Préchauffez le four à 180°. Beurrez et farinez un moule à cake.

    Faites fondre le beurre à feu doux. Réservez. Découpez le magret en fines lamelles.

    Tamisez la farine avec la levure. Dans un saladier, fouettez les oeufs avec le beurre et le lait. Salez et poivrez.

    Incorporez ce mélange à la farine, ajoutez l'emmental râpé, la confiture d'oignons, les lamelles de canard fumé et les pruneaux.

    Versez la préparation dans le moule à cake et faites cuire 20 minutes à 180°. Baissez ensuite la température du four à 160° et poursuivez la cuisson pendant 30 minutes.

    Bonne dégustation!