mercredi 23 février 2011

Briouates façon pastilla poulet-amandes

Vu ce matin, en bordure du site "meteobelgique": une publicité pour le concours "Pink Swiffer, Pink Power" : "Pourquoi le Swiffer rose arbore-t-il cette couleur? Dites-le-nous et gagnez-en un!"

La vie est faite de coïncidences. Pas plus tard qu'hier, avec quelques collègues nous plaisantions sur le sujet de la répartition des tâches ménagères, et je leur signalais l'existence du "Viléda Junior", chariot de ménage full-options pour enfants à partir de 3 ans, en vente chez votre marchand de jouets. Et c'est là qu'une collègue me demande, un peu outrée: "Et il n'est pas rose, au moins?"

Non, il n'est pas rose. Viléda a eu le bon goût de fabriquer ses minis-mops, seaux et autres brosses dans les mêmes couleurs que les "vrais", c'est à dire essentiellement le rouge. Et j'y avais justement vu un signal encourageant: les fabricants de jouets sortaient enfin des clichés "casseroles et fers à repasser roses pour les filles et voitures et kits de mécanos rouges pour les garçons".

Et puis ce matin je me prends "Pink Swiffer, Pink Power" en pleine figure en consultant les prévisions météo...

S'il s'agissait uniquement du changement de couleur (pour ceux qui l'ignorent, le Swiffer de base est vert), on pourrait penser que les publicitaires en charge de la campagne ont voulu surfer sur la vague "le rose est tendance", à l'instar de certaines marques de téléphones portables ou de grands noms de la maroquinerie. Après, on aime ou on n'aime pas; c'est juste une question de goût.

Mais la mention "Pink Power" me perturbe énormément... Il s'agit là d'une référence très claire à l'expression "Black Power", née en 1966 aux Etats-Unis, et qui illustrait la position de divers mouvements politiques, culturels et sociaux noirs qui luttaient contre la ségrégation raciale. Or, dans le cas qui nous occupe, j'ai la fâcheuse impression qu'il y a comme un paradoxe dans le slogan: pour moi, décliner le Swiffer en rose, couleur traditionnellement associée à la condition féminine, et en faire un instrument prétendument au service du pouvoir des femmes n'est pas lutter contre mais POUR la ségrégation ménagère. J'ai beaucoup de mal à faire taire cette petite voix qui me murmure qu'il s'agit quand même d'un sacré retour en arrière dans l'évolution des mentalités... En tout cas, voilà qui va à coup sûr ruiner tous les efforts des femmes qui, à force de déployer des trésors de patience et de persuasion, avaient fini par convaincre leur tendre moitié de la dimension virile du passage bi-hebdomadaire de l'engin.

Par ailleurs, on ne m'empêchera pas de penser que cette campagne est tronquée. En effet, la marque s'engage  à publier chaque jour les 15 slogans les plus originaux parmi ceux qui auront été proposés par les participants; mais quand je vois la nature de ce qui a été retenu pour figurer sur le site, et que je le compare aux idées qui me sont venues tout naturellement ce matin, je renifle comme une odeur de censure;-)

En réaction, je vous propose de transformer ce post en tribune libre "Pink Swiffer" et de nous faire profiter, via le dépôt d'un commentaire, de votre imagination. Rien ne sera censuré, promis:-)

Je vous livre en vrac mes propres idées:
  1. Grâce au "Pink Swiffer", je possède enfin la panoplie complète de "Barbie Technicienne de surface"!
  2. Un Swiffer relooké Disney, ou comment faire de la corvée ménage un vrai conte de fée!
  3. Les Housewives n'ont désormais plus de raison d'être Desperate: Swiffer leur fait voir la vie en rose!
Pour conclure, je resterai politiquement correcte et ne ferai qu'évoquer la très gauloise suggestion de mon Homme, qui évoquait la possibilité de se mettre le "Pink Swiffer" quelque part et de se prendre pour la meneuse de revue du Moulin Rouge... 

Ingrédients (pour 24 pièces, soit 6 personnes):
  • 12 feuilles de brick
  • 2 blancs de poulet
  • 2 c. à s. d' huile d'olive
  • 1/2 oignon
  • un petit bouquet de persil
  • 2 pincées de safran
  • 1/2 c. à c. de gingembre en poudre
  • 1 c. à c. de cannelle en poudre
  • 80 gr d' amandes mondées
  • 2 c. à s. de sucre en poudre
  • 50 gr de beurre
  • 3 oeufs
  • sel, poivre

Emincez finement l'oignon et coupez le poulet en morceaux.

Dans une poêle profonde, faites revenir dans l'huile l'oignon et les morceaux de poulet; salez et poivrez. Couvrez avec de l'eau, ajoutez le persil et les épices, et laissez cuire environ 20 minutes à couvert sur feu doux.

Dans une poêle anti-adhésive, faites frire les amandes, égouttez, mixez (grossièrement), et réservez.

Mettez 30 g de beurre dans la marmitte avec le poulet que vous aurez préalablement passé au hachoir, laissez réduire à feu doux quelques minutes, ajoutez ensuite les oeufs un à un (toujours à feu doux) sans cesser de remuer, retirez du feu, ajoutez les amandes mixées et le sucre en poudre;  mélangez bien puis laissez refroidir.

Coupez les feuilles de brick en deux. Prenez une demi feuille, pliez-la en deux, déposez-y un peu de farce, et procédez au pliage. Badigeonnez de beurre fondu, et réservez.

Juste avant de servir, passez quelques minutes dans un bain de friture bien chaud.

Bon appétit!

Bûche génoise crème au beurre praliné en robe de massepain, glaçage au chocolat noir

Une autre recette en retard: ma bûche de Noël 2010.




Ingrédients (bûche pour 12 personnes):

Pour le biscuit:
  • 6 oeufs
  • 180 gr de sucre
  • 200 gr de farine
  • 1 trait d'Amaretto (attention: le parfum doit rester subtil, sinon il couvrira tout le reste!)
Pour la garniture:
  • 3 jaunes d'oeufs
  • 250 gr de beurre mou non-salé
  • 250 gr de sucre glace
  • 1 sachet de pralin (Vahiné® - 100 gr)
  • 1 trait d'Amaretto
Pour le glaçage:
  • 1 pain de pâte d'amandes nature (500 gr) + pâte d'amandes colorée pour la déco (en option; la déco peut être réalisée avec les chutes de pâte d'amandes nature)
  • 200 gr de chocolat noir
  • 10 cl de crème liquide

Préchauffez le four à 180°.

Séparez les blancs des jaunes d'oeufs, et battez les jaunes avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse.

Montez les blancs en neige et incorporez-les à la préparation très délicatement. Ajoutez la farine en pluie, puis l'Amaretto. Mélangez, toujours très délicatement.

Versez dans un moule rectangulaire garni de papier sulfurisé (la lèchefrite du four convient tout à fait). Faites cuire environ 10 minutes, jusqu'à ce que le dessus soit doré.

Démoulez le biscuit et roulez-le sur lui-même. Laissez-le refroidir.

Pendant ce temps,confectionnez une crème en mélangeant le beurre,les jaunes d'oeufs, le sucre, le pralin et l'Amaretto. Réservez.

Lorsque le biscuit est froid, déroulez-le et garnissez-le généreusement de crème, puis enroulez-le à nouveau.

Abaissez la pâte d'amande au rouleau à pâtisserie (épaisseur: 2 mm). Recouvrez entièrement la bûche au moyen de la feuille obtenue.

Faites fondre le chocolat avec la crème fraîche au bain-marie. Appliquez généreusement et sans attendre à l'aide d'un pinceau. Laissez figer dans un endroit bien frais.

Décorez de quelques sujets découpés à l'emporte-pièce dans de la pâte d'amandes.

Mettez la bûche au frais quelques heures, mais pensez à la sortir une demi-heure avant de servir.

Vous pouvez aussi la préparer la veille, mais alors recouvrez-la de film alimentaire avant de la mettre au frais afin qu'elle ne dessèche pas.

Bonne dégustation!

Escalopes de foie gras poêlé, tatin de figues au 4-épices et caramel de Maury

Voici une recette qui date de novembre dernier. Oui, j'ai pris beaucoup de retard, et la saison des figues et du foie gras est déjà loin derrière nous, mais bon... ce sera pour l'automne prochain:-)

Le Maury est un vin doux naturel (semblable au Banyuls) pour lequel j'ai eu un réel coup de foudre voici deux ans; il est produit dans et aux alentours du petit village du même nom, dans les Pyrénées Orientales, au pied de la forteresse cathare de Queribus.
Dans cette recette, il peut être remplacé par du Banyuls, voire même par du Porto rouge, si vous n'avez ni l'un ni l'autre à la maison.

Ingrédients
(pour 4 personnes / 4 tartelettes d'environ 10 cm de diamètre):
  • 4 escalopes de foie gras cru
  • un disque de pâte feuilletée prête à l'emploi
  • +/- 300 gr de figues fraîches (environ 6) bien mûres
  • 60 gr de sucre
  • 6 cl de Maury
  • 1 pincée de 4 épices

Préchauffez le four à 200°.

Essuyez bien les figues, ôtez le pédoncule et coupez-les en tranches.

Dans une petite casserole, faites chauffer le Maury avec le sucre; portez à ébullition et laissez réduire sur feu doux jusqu'à obtenir une consistance très sirupeuse. Versez rapidement ce caramel dans les moules à tartelettes (une bonne cuillère à soupe par tartelette); surtout, étalez-le avant qu'il ne solidifie!

Garnissez avec les tranches de figues. Déposez la pâte feuilletée sur le dessus (de diamètre un peu plus grand que la taille du moule) et faites bien rentrer les bords contre la paroi. Piquez la pâte au centre afin de permettre l'évacuation de la vapeur pendant la cuisson.

Enfournez 20 min. Démoulez dès la sortie du four, d'un coup sec sur une grille.

Servez avec les escalopes de foie gras poêlées (1 à 2 minutes par face dans une poêle anti-adhésive bien chaude).

Bonne dégustation!


Je profite de ce post pour partager avec vous ma première expérience de terrine de foie gras: j'ai repris la recette de foie gras truffé de Catherine Quévremont, moins la truffe. Conclusion: délicieux, mais un conseil: divisez la quantité de sel prescrite par deux.


 



mercredi 9 février 2011

Cupcakes au citron

Henry David Thoreau, philosophe américain du XIXème, a écrit : « Chaque génération se moque des vielles modes, mais suit religieusement les nouvelles. » (Walden ; or, Life in the Woods. 1854)

Les années 80 (l’âge d’or pour la toute récente quadra que je suis) et les différents styles vestimentaires et capillaires qui les ont rythmés sont une source de bruyante hilarité sans cesse renouvelée pour mes deux filles, (pré-)ados branchées (pardon, fashion, comme il est de bon ton de dire maintenant) des années 2010. Cela dit, quand on revoit certains clips vidéo de l’époque, on ne peut décemment pas leur en vouloir…

N’empêche que c’est avec une certaine tendresse que je repense à ce qu’étaient les must have de MON adolescence : la longue jupe munie d’une patte destinée à en relever un pan au dessus du genou (1984-85), le pull chauve-souris (1985-86), le sac « Paquetage » modèle trapèze (1987-88 ; et dans mon école, le petit était plus in que le grand, même si on ne pouvait pas mettre grand-chose dedans et qu’il fallait se coltiner les classeurs sous le bras… Mais allez demander à un ado de faire preuve d’un peu de bon sens ;-)

Et il faut croire que certains de ces articles étaient des valeurs sûres, à en juger par leur récent comeback retentissant. Par exemple, ma grande fille ne veut plus que des slims pour pantalons. Et qu’est-ce que le slim sinon la version 2010 du fameux jeans « tuyau de poêle » qui a marqué les années 80 et même conduit certains adultes à craindre pour la fécondité future de la fraction mâle de la jeune génération ? (Si si, j’ai lu ça quelque part !)

Par ailleurs, il est amusant de se demander ce que penseront les ados des années 2030 de la mode « C’est clair » - mouvement de mèche façon Justin Bieber, très prisée par les jeunes d’aujourd’hui – au point qu’on peut même voir le dit-mouvement exécuté par des gamins coiffés façon GI, avec la brosse règlementaire de 8 mm (véridique !)

Je vous propose aujourd’hui une version d’un petit gâteau très à la mode pour le moment, lui aussi : le cupcake.

Ingrédients (pour 12 cupcakes):
  • 100 gr de farine fermentante
  • 100 gr de sucre en poudre
  • 50 gr de beurre doux
  • 2 oeufs
  • 1 c. à s. de zeste de citron non-traité râpé finement
  • 2 c. à s. d'eau de fleur d'oranger
  • 3 c. à s. de lait

Glaçage:
  • 200 gr de sucre en poudre
  • 3 c. à s. de jus de citron

Déco: zeste de citron non-traité rapé finement et passé dans le sucre en poudre


Préchauffez le four à 200° et garnissez un moule à muffins de caissettes en papier.

Dans un saladier, mélangez le beurre fondu, le sucre, les oeufs, la farine et le zeste de citron à l'aide d'un fouet électrique. Ajoutez l'eau de fleur d'oranger et le lait.

Répartissez la pâte dans les caissettes et faites cuire 15 à 20 minutes. Laissez refroidir sur une grille.

Mélangez le sucre en poudre tamisé et le jus de citron. Remuez jusqu'à ce que le mélange soit bien homogène.

Versez une petite quantité de glaçage sur les cupcakes et lissez avec le dos d'une petite cuilère. Décorez avec le zeste de citron et laissez prendre.

Bonne dégustation!

Le gâteau "ménage" de Gaby

Au grand désespoir de mes filles (qui n’aiment pas ça), je suis une grande fan de gâteaux, gaufres et viennoiseries aux raisins secs.

Après les gaufres aux raisins, les crêpes aux raisins, et les bonshommes aux raisins, je vous livre la recette du gâteau aux raisins de ma grand-mère, qu’elle appelait « gâteau ménage ». Cette recette est assez proche de celle du gâteau de Verviers, fleuron de la boulangerie wallonne, mais qui, lui, ne contient pas de raisins.


Ingrédients:
  • 500 gr de farine
  • 300 gr de raisins secs
  • 250 gr de margarine
  • 250 gr de sucre perlé
  • 250 ml de lait
  • 5 oeufs
  • 2 sachets (10 gr) de sucre vanillé
  • 50 gr de levure fraîche

Versez la farine dans un grand plat creux et formez un puits.

Dans ce puits, versez le lait tiédi dans lequel vous aurez préalablement délayé la levure, la margarine fondue, les jaunes d'oeufs, les raisins, et le sucre vanillé. Mélangez, puis incorporez les blancs d'oeufs battus en neige ferme.

Laissez lever la pâte pendant une heure, puis ajoutez le sucre perlé.

Préchauffez le four à 180°. Quand le four est bien chaud, enfournez le gâteau et laissez cuire environ 40 minutes. Attention: n'ouvrez pas le four pendant la cuisson!

Démoulez immédiatement et laissez refroidir sur une grille, puis savourez au retour d'une balade dans la campagne gelée, avec une bonne tasse de chocolat chaud maison.

Bonne dégustation!