mercredi 3 août 2011

Focaccia à l'aïl des ours

Délicieux en accompagnement d'un plat de pâtes, de charcuteries italiennes ou de... rien de tout: la focaccia peut très bien se suffire à elle-même:-)

J'ai parsemé celle-ci du mélange Wild Garlic en vente chez Oil&Vinegar: tomate et aïl des ours, pour l'essentiel. Un régal!






Ingrédients:
  • 500 gr de farine
  • 20 gr de levure fraîche
  • 290 ml + 50 ml d'eau
  • 1 c. à s. + 1 c. à c. bombée de sel
  • 50 ml  + 2 c. à s. d'huile d'olive

Mélangez la farine et le sel. Diluez la levure fraîche dans 250 ml d'eau tiédie, et versez-la dans la farine avec les 2 c. à s. d'huile d'olive.

Mélangez pour amalgamer sans trop pétrir, et ajoutez environ 40 ml d'eau pour obtenir la consistance voulue, soit une pâte souple, élastique mais pas trop collante. Formez une boule, huilez-la légèrement à même le saladier, couvrez d'un torchon et laissez au repos 10 minutes.

Chemisez la plaque du four de papier sulfurisé. Déposez-y la pâte, sans l'étaler, huilez légèrement la surface, et laissez reposer à nouveau 10 minutes.

Ce délai écoulé, étalez à l'aide d'un rouleau en bois la pâte sur la plaque, en partant du centre et sans trop appuyer pour ne pas que s'échappent les bulles de la levée. Laissez reposer 20 minutes.

Émulsionnez les 50 ml d'huile d'olive et les 50 ml d'eau avec une cuillère à café bombée de sel fin, pour obtenir un épais mélange vert olive. Faites des trous dans la pâte en y appuyant fortement les doigts, sans chercher à être régulier. Versez l'émulsion précédente sur la pâte, de manière à remplir les trous. Laissez reposer 20 minutes à nouveau.

Saupoudrer la pâte de romarin, de quelques tomates cerises ou de tomates séchées, enfournez pour 25 minutes dans le four préchauffé à 220°. La pâte doit être très légèrement dorée. À déguster à peine refroidie!

Bon appétit!

Source: Christelle Is Flabbergasting

2 commentaires:

Messergaster a dit…

J'en prendrais bien une part !

Lili Végétatout a dit…

Oh oui, ça c'est bien quelque chose que je dégusterai du bout des doigts, tout seul, sans rien pour l'accompagner... Miam !