jeudi 6 février 2014

Boulettes de poulet sauce au yaourt

Vous êtes-vous déjà demandé comment vos enfants parlent de vous à leurs copains ? Comment ils vous perçoivent – en tant que parent, bien sûr, mais aussi de manière plus globale, en tant qu’adulte ?

Prenons un exemple concret : « ma mère est prof ». Une petite phrase toute simple, sujet-verbe-attribut, qui sort de temps en temps de la bouche de mes deux filles depuis qu’elles sont en âge de la placer dans une conversation (sauf qu’il n’y a pas si longtemps elles disaient encore « ma MAMAN est prof », mais bon…). En dix ans, c'est-à-dire depuis que l’aînée est entrée à l’école primaire, les mots n’ont (presque) pas changé ; les représentations qui vont avec, par contre...

Pour un enfant de sept ou huit ans, l’instit est le centre de l'univers, au même titre que Papa et Maman; donc, une maman prof, c'est un peu une maman au carré, une espèce de super-héroïne. On peut s'en servir pour frimer vis-à-vis des copains, c'est presque aussi cool qu'un papa vétérinaire ;-)

Avec l'âge, les choses changent radicalement; une fois que l'ado a tâté un peu sérieusement de l'enseignement secondaire, le Prof devient l'Ennemi, fourbe et cruel, qui n'a pour unique but (et plaisir, car oui, le Prof est par nature sadique, c'est bien connu) que de pourrir la vie de ses élèves, pourtant dociles et travailleurs... Alors une mère prof, c'est la te-hon suprême, un truc à taire absolument, ou à ne mentionner que dans deux situations bien précises: 
  1. pour inspirer la compassion (- Ta mère a contrôlé ta prépa??? - Ben ouais, ma mère est prof, alors... (soupir résigné et yeux au plafond) - Oooh, t'as trop pas de chance!!!);
  2. pour booster le moral des troupes en cas de travail de groupe à domicile (T'inquiète, ma mère est prof, on va lui dire qu'on ne comprend rien et elle va nous filer un coup de main.).
Et redorer un blason à ce point endommagé n'est pas chose facile, croyez-moi. Je travaille à mon image comme je peux, en tentant de maîtriser leur langue (pas facile, ça évolue constamment), ou en soudoyant les copains avec des pâtisseries maison (mais ça reste ponctuel). J'ai bien pensé à frapper un grand coup en me faisant tatouer (sommet de la coolitude parentale, paraît-il), mais je ne suis psychologiquement pas prête... Je me contenterai donc provisoirement d'un petit goût de kebab;-)

Ingrédients (pour 4 personnes):

Pour les boulettes:

  • 600 gr de blancs de poulet
  • 2 blancs d’oeufs
  • 7 - 8 c. à s. bombées de chapelure
  • 2 c. à c. bombées de mélange d'épices "tandoori"
  • 2 gousses d’ail
  • un peu de lait
  • sel, poivre

Pour la sauce:
  • 2 yaourts à la grecque
  • un demi concombre
  • 2 petites gousses d'ail
  • 1 échalote
  • le jus d'un demi-citron
  • 2 c. à s. de menthe ciselée
  • sel, poivre
  • 1 c. à s. de mayonnaise (optionnel)

Commencez par préparer la sauce. Lavez le concombre et détaillez-le en très très petits dés (pas besoin de l'éplucher). Versez le yaourt dans un grand bol; ajoutez les dés de concombre, l'ail et l'échalote finement émincés, le jus de citron et la menthe. Salez, poivrez, et réservez au frais.

Préchauffez le four à 180°.

Confectionnez les boulettes. Hachez la viande; ensuite, fouettez les blancs d'oeufs pour qu'ils soient mousseux (pas en neige ferme!).

Mélangez les blancs d'oeufs, le haché de poulet, la chapelure, l'ail finement émincé, le lait et les épices "tandoori". Salez et poivrez.

Formez vos boulettes et déposez-les sur une plaque du four recouverte de papier sulfurisé. Enfournez et laissez cuire environ un quart d'heure.

Servez avec la sauce au yaourt et une salade verte "à la grecque" (avec des rondelles d'oignon cru, des olives noires et une vinaigrette citronnée), par exemple.

3 commentaires:

LadyMilonguera@Un siphon fon fon a dit…

Ces boulettes ont l'air bien savoureuses...

Catherine a dit…

Moi je trouve toujours tes commentaires aussi savoureux que les plats que tu proposes! D'autant plus que... ben oui, je me reconnais un peu, et avec l'âge de nos rejetons respectifs, c'est un peu comme si je lisais mon propre avenir! :)
Gros bisous et merci pour cette appétissante recette!

Catherine a dit…

J'ai testé, et (fait de plus en plus rare) TOUT LE MONDE ICI a aimé!!!! Par contre faut pas espérer aller chasser après, vu l'ail omniprésent... oh, mais suis-je bête: c'est fait exprès, c'est ça??? :)
Gros bisous (et de Lara et Lô aussi, avec qui je suis allée chez Fo cette semaine... prochaine fois on vous emmène!)