dimanche 19 octobre 2008

Bonshommes au sucre et aux raisins secs ("cougnous")

"Mais c'est pas possible! Les p'tits mecs de dix ans, ça ne pense qu'à ça!"

Constat exaspéré de l'Homme au terme de ses consultations ce samedi 18 octobre, journée annuelle de l'opération "Place aux enfants".

A la décharge des gamins, il faut bien dire que les circonstances étaient favorables aux débordements.

D'abord, le dernier groupe de la matinée à venir l'observer dans l'exercice de son art était exclusivement composé de garçons. Et les garçons de 10 ou 11 ans, effectivement, ça ne pense "qu'à ça"; c'est bien connu.

Contrairement aux deux premiers groupes, ils n'étaient pas accompagnés d'un adulte (le "passe-muraille" de service, notre bien-aimé Bourgmestre, les avait lâchement abandonnés dans la salle d'attente et s'était tiré vite fait. Pas très responsable, comme attitude; faudra qu'on lui cause).

Ensuite, ils venaient tout droit de chez le concessionnaire automobile du village d'à côté, dont ils avaient visité l'atelier de réparation et admiré les inévitables calendriers pleins de beaux châssis. Ils sont donc arrivés chez nous chauds comme des baraques à frites (et ont d'ailleurs gauloisement suggéré à l'Homme de refaire la déco de la salle d'attente dans le même style - pas sûre que ça plairait à l'ensemble de la clientèle...).

Enfin, et pour couronner le tout, l'Homme n'a eu QUE des consultations bien cracra pendant qu'ils étaient là: chien prostatique (toucher rectal - oeillades en coin, gloussements, et commentaires salaces), chien "qui fait le traîneau" (vidange des glandes anales - re-oeillades en coin, re-gloussements et re-commentaires salaces), ...

Bref, une fois tout le monde parti, l'Homme était un peu fatigué. Cela dit, je suis persuadée que la petite pointe d'amertume que j'ai pu discerner dans ses propos n'était pas due à la visite des gamins ni à leurs bruyantes et monomaniaques préoccupations, mais bien à la soudaine prise de conscience que tout ce petit monde avait bel et bien le même âge que son bébé adoré. Tempus fugit...

Typiquement le genre de bobo qui se soigne très bien avec un bonhomme aux raisins et une grande tasse de chocolat chaud.

Ingrédients (pour environ 10 bonshommes):

  • 1 kg de farine
  • 80 gr de levure fraîche
  • 60 cl de lait tiède
  • 4 jaunes d'oeufs + 2 oeufs entiers
  • 200 gr de sucre
  • 250 gr de beurre
  • 1 pincée de sel
  • raisins secs (selon le goût)
  • sucre perlé (selon le goût)

Dans un grand plat, formez une fontaine avec la farine, le sucre et le sel.

Délayez la levure dans le lait tiède, versez le tout dans la fontaine et ajoutez les jaunes d'oeufs.

Mélangez en ajoutant peu à peu le beurre ramolli. Travaillez à la main jusqu'à l'obtention d'une boule de pâte lisse et élastique.

Couvrez d'un linge propre et laissez reposer une heure à température ambiante. La pâte doit gonfler.

Préchauffez le four à 210°.

Retravaillez rapidement la pâte en y incorporant les rainsins et le sucre perlé. Confectionnez les bonshommes, posez-les sur la plaque du four préalablement graissée, et laissez cuire 20-25 minutes à four bien chaud.

Bonne dégustation!

2 commentaires:

Clarisse-15ANS a dit…

La recette des cougnous ?
Holala, je n'y crois pas,!
Le cougnous j'adore tellement ça.. mmh, et ça me rappele tat de bons souvenirs ,!
Je note, tout de suiiite ;D
Bisous

Elo a dit…

Ca m'a l'air délicieux !